[Groupe 7] Attack on the Last Moon - The clock said Forward march !

whatever happens, we are deathless
Aller en bas 
 
MessageSujet[Groupe 7] Attack on the Last Moon - The clock said Forward march !      #☾.      posté le Lun 7 Jan - 0:35
you got two black eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t1052-se-consumer#20946 http://twoblackeyes.forumactif.com/t1093-solal-buchanan-encre-au
image :
pseudo : Teller
credits : Blake.
Faceclaim : Louis Garrel
Inscription : 28/12/2018
Messages : 95
true color : #E13143
timelapse : 36 ans
heart rate : Célibataire
purpose : Écrivain et président de la Dead Poets Society
magic scale : 2
powerplay : Manipulation de l'eau
liability : Virginia, sa mère, dit de lui « qu'on ne sait jamais si c"est Lune ou Soleil ! »
- Doux, charmant et même charmeur et poli, mais aussi revêche, impertinent et parfois grognon.
- Alors qu'il est passionné et perfectionniste il est encore paresseux et dilettante.
- Quand on l'écoute dans ses délires idéalistes on s'étonne ensuite de le trouver égoïste et capricieux.
- Il est dépensier comme personne, consomme mille substances et mille plaisirs comme un rentier mais se noie soudain dans la plus folle des dépressions, celles aux accents tragiques des divas.
- Il offre au au monde une image de beau parleur vif et fin, d'arrogant séducteur et son sourire triste et complice ravageur.

Solal est écrivain et a maintenant publié près d'une dizaine de roman poetico-metaphysico-politique pour la plupart chez Bewithing Publishing. Ce sont autant de roman qui n'ont passionné qu'une niche élitiste et intello --- Il a également publié trois romances de bas étage aux accents érotiques qui firent un carton sous le nom de Mona Duval et une dystopie qui peignait les contours d'une société inversée entre sorciers et humains sous le nom de Alastor Orbade --- Seuls les adhérents de la Dead Poets Society et quelques rares autres sorciers savent qu'il en est le fondateur et président --- il porte son tatouage sur son sein droit, comme un « deuxième cœur » dit-il, et il a de fait les traits d'un cœur marin --- Solal s'est retrouvé dans un très sale état à l'âge de trente ans à cause de l'absolem qu'il consommait à outrance. Il tomba un soir du quatrième étage et en garda une longue cicatrice dans le dos. Il consomme encore malgré tout beaucoup de choses, il a juste arrêté l'absolem --- Il est bisexuel, rien ne compte pour lui à part le désir et le plaisir qui lui succède, ce credo est d'ailleurs valable entre sorciers et humains, il a pu goutter au plaisir de la chair avec quelques uns d'entre eux.

loyalty : Il y est profondément attaché au Coven de l’Été et embrasse les idéaux de ses pairs avec l'aise d'un poisson dans l'eau. Son attachement n'ira jamais cependant jusqu'à la rivalité. Il trouve un peu rasoir à la rigueur la plupart des membre des Coven de l'Hiver et de l'Automne.
warning sign :

BIBLIOGRAPHIE
(succès ☆☆☆☆☆)

2200 Trois poèmes dans le recueil Former children ☆☆☆☆☆
2204 About Karl Manfield, Bewitching Publishing : l'entrée à l'université d'un étudiant a priori sans pouvoir mais qu'un étrange tuteur va prendre sous son aile, lui seul ayant perçu le pouvoir inédit du garçon.★★☆☆☆
2205 The Pastland, Bewitching Publishing : Un jeune homme sous Spleen qui désire revoir la femme qui vient de le quitter se trouve absorbé dans ses souvenirs puis dans ceux, s'entremêlant, de toute une génération puis des générations passées. Il retrouve son amour perdu avant la grande guerre, quand il revient à lui, il ne se souvient plus d'elle. ★★☆☆☆
2207 Sleeping Wolves, Bewitching Publishing, sous le nom de Mona Duval : Une jeune femme s'éprend d'un étranger venu soi-disant pour affaire, elle se retrouve entraînée dans un passion aussi dévorante que dangereuse. ★★★☆☆
2208 Rendez-vous, Bewitching Publishing, sous le nom de Mona Duval : Deux couples de métamorphes vont se tromper entre conjoins pour se venger les uns des autres de précédentes tromperies. ★★★★★
2210 Where the Sun marry the Sea, Bewitching Publishing : Un trio de Whicked entreprend de prendre la mer pour traverser l'Atlantique avant que l'un d'eux ne finissent par dénoncer ses amis au terme d'un long monologue moral. ★★☆☆☆
2210 Violet skin, Bewitching Publishing, sous le nom de Mona Duval : Une espionne experte en philtre d'amour abat toutes ses victimes au terme de relations endiablées jusqu'à ce que l'un d'eux ne lui résiste. ★★★☆☆
2212 Golden, Bewitching Publishing : Un homme observe la Riviera du Queens et raconte le destin de suicidé du fleuve et leur réincarnation en êtres de la nature. ★☆☆☆☆
2213 Fifty three nights with Galatea, Bewitching Publishing, sous le nom de Mona Duval : Un écrivain recueille chaque nuit dans une maison close les chapitres de la vie d'une prostituée humaine, de sa vie à Rockaway jusqu'à la chute de son protecteur ★★☆☆☆
2214 Queens riptide, Bewitching Publishing : Après avoir péri dans une chute vertigineuse lors une soirée, un homme voyage tel un esprit dans sa vie très mondaine pour y faire tomber les masques et découvrir la chaîne de cause et de conséquence qui l'ont mené à la mort ★☆☆☆☆
2216 Ashes and battles, Bewitching Publishing, sous le nom de Alastor Orbade : La grande guerre a été gagnée par les humains et les sorcier sont asservis. Un jeune politicien va se confronter à la puissance du totalitarisme alors qu'il est en quête d'égalité. ★☆☆☆☆
2217 Prismatic vision, Bewitching Publishing : lors de la visite d'une galerie le narrateur livre ses réflexions personnelles sur l'art et la vie des artistes jusqu'à ce qu'il découvre une oeuvre d'un tout autre genre, peut-être une oeuvre humaine.☆☆☆☆☆
2219 On the edge of feelings, Bewitching Publishing : Un guérisseur annonce à un homme et sa femme que le cœur de cette dernière s'évapore, emportant ses émotions et la rendant glaciale. L'époux entreprend un voyage pour lui redonner goût à la vie et ainsi contrecarrer la maladie.

Black Dimes : 894
SUMMER COURT
SUMMER COURT

Attack on the Last Moon : the clock said Forward march !

31 décembre 2219 ◊ Défilé militaire du Coven de l'Automne


« Quel enfer, quel enfer !
- Arrête de plaindre, depuis qu'on est parti tu te plains, sois cool, maintenant qu'on y est de toute façon.
- Oh mais c'est justement parce qu'on y est que je vais me plaindre, c'est maintenant que je vois tout... Toutes ces briques que je réalise la connerie qu'on est en train de faire ! »
Le Festival du Queens. Le festival de la dernière Lune. Ils allaient manquer le live de Sissy Beacher, showgirl enchanteresse des profondeurs pour une parade militaire.
« Je te considères, à mesure qu'on s'enfonce là-dedans, de plus en plus redevable pour ce que je fais là ! À ces ronchonnements, Jeremiah s'arrêta et pointa son doigt vers son ami.
- Hé, c'est toi je te rappelle qui avait une dette envers moi, donc ne..
- Nan nan nan nan nan, l'interrompit-il. Tu m'as sauvé la mise avec mes parents une fois. Moi je t'accompagne dans le trou du cul de Greenwich pour assister à l'égo-trip militaire de sorciers en conserve. Tout ça pour une cracheuse de feu avec qui, j'espère, tu formeras le couple le plus fertile  qui soit, jusqu'à ce que le problème de surpopulation de cette ville devienne un tel problème qu'il faille abattre les murs derrière lesquels on est entassés depuis deux siècles. Alors là, peut-être, sera t-il temps de considérer que nous sommes quitte. Il se remit à marcher boudeur, laissant Jeremiah abattu par la perplexité.
- T'es malade mon vieux... »
Ils continuèrent en silence leur progression dans les ruelles du marché du temps, ponctuée par les ruminations de Solal.

La foule qui convergeait vers la place centrale se faisait de plus en plus dense autour d'eux, la rumeur allant s’amplifiant à chaque nouvelle rue, elles aussi de plus en plus large. Le tumulte des percussions mêlé à mille nuages de vapeur leur parvenait de plus en plus distinctement. La présence militaire, pourtant étrangement discrète en cette soirée capitale, s'intensifiait néanmoins avec les trépignements des badauds. Ce concert là ne vaudrait pourtant jamais celui du Queens selon Solal. Il s'aventurait rarement à Greenwich Village, et jamais sans but précis. L'atmosphère était chargée. Ce soir-là particulièrement mais ce soir-là n'était qu'une huile essentielle du caractère permanent de ce quartier. Si lourd, si pesant, jamais sinistre mais laborieux, exigeant. Pas étouffant mais écrasant. Dans ce quartier la droiture vous pénétrait le corps par la colonne vertébrale au son des cliquetis cliquetas des truchements mécaniques alentour.
« Quel enfer... soupira t:il encore, cette fois plus douloureusement.
- C'est vrai que c'est pas marrant.
- Ces gens là n'ont aucun sens de la fête ou de la liberté Jeremiah. Jugea-il, sans appel.
Tais-toi, on arrive, passons sur la droite, il y a des gradins. » À ces mots, Solal écrasa sa cigarette et se fraya un passage parmi la foule en suivant Jeremiah.

La Clokwork Place était entièrement dégagée et trônait au centre de son cadran la Tour de l'Horloge. L'idée même que des humains, sous leurs milliers de pieds, faisaient tourner à la force de leurs bras cette mécanique gigantesque le répugnait. Il en avait presque un embryon de roman qui germait, avant que Jeremiah ne l'interrompe.
« C'est impressionnant quand même !
- C'est fait pour t'impressionner surtout. Tu dois te sentir tout petit là-dessous, c'est le but.
- Ouais... Il jaugea un instant la Tour. C'est quand même vraiment impressionnant ! » Solal leva les yeux au ciel puis retint Jeremiah dans la foule. Il lui indiqua les gradins, complets.
« Sûrement réservé par des membres du Coven de l'Automne et sympathisants. » L'autre eu une mine déconfite. Solal devina qu'il s'inquiétait de ne pouvoir apercevoir sa cracheuse de flamme rencontrée trois fois seulement dans la librairie de Brooklyn. Solal s'en inquiétait également. C'était la seule et mince justification à leur présence ici et au fait qu'ils rataient le festival - bon dieu ce festival pensa-t-il – alors autant la justifier vraiment. Il prit Jeremiah par le bras et tous deux se glissèrent près des rambardes qui bordaient le contour de la place. Solal jeta un sourire à son ami malgré son agacement. Ses nerfs étaient même chauffés à blancs par ces percussions incessantes.



Résumé a écrit:
Solal arrive sur Clokwork Place et se fraie un chemin dans la foule avec un ami. Les gradins sont complets, ils se mettent alors près d'une rambarde de sécurité.

Partenaires:
 

_________________

se consumer, encré au fond d'une coupe puis se consommer
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: [Groupe 7] Attack on the Last Moon - The clock said Forward march !      #☾.      posté le Ven 11 Jan - 14:04
you got two black eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t522-the-sickness-and-the-cure-ashby http://twoblackeyes.forumactif.com/t739-the-poet-and-the-problem
image :
pseudo : shiranui
credits : dandelion (avatar) | bat'phanie (signa)
Faceclaim : harry lloyd.
Multifaces : silk
Inscription : 10/12/2018
Messages : 90
true color : #9999cc
timelapse : 35 ans.
heart rate : célibataire, et il ne voit pas ce statut changer de si-tôt.
purpose : Antiquaire et briseur de maléfices, il revend des objets rares et chers dans une boutique de Lower Manhattan. Les connaisseurs savent aussi qu'il rachète à prix forts des oeuvres qu'il fournit ensuite aux grandes bibliothèques du winter court.
magic scale : Niveau 2, s'entraîne pour passer niveau 3 malgré un échec récent.
powerplay : Ses mains refroidissent tout ce qu'elles touchent. Quand il se concentre, il peut geler des petits objets ou des liquides.
loyalty : Il fait aveuglément confiance au winter court. Sa loyauté ne fait aucun doute, et il ferait tout pour son coven. On peut parfois avoir l'impression qu'il a plus de respect pour le coven en tant que tel que pour ses membres.
Black Dimes : 918
WINTER COURT
WINTER COURT


“the clock said forward” — Il y a bien longtemps qu'il n'est pas allé se perdre du côté de Greenwitch Village. L'ambiance du quartier y est si différente de celle qu'on peut trouver entre les murs de l'hiver, et si Ashby a toujours préféré Lower Manhattan à tout autre quartier de New York, il est toujours impressionné par le côté pratique du quartier. Tout a une utilité, et l'automne est connu pour ne pas dépenser son énergie en fioritures inutiles. Tout, ici, semble être l'opposé de Lower Manhattan. Les murs en brique rouge sont presque agressifs, qui ne font que remplir le rôle qu'on leur donne. Chez l'hiver, c'est différent. Tout semble être fait de glace, mais les murs sont ornementés de gravures, d'arabesques. Tout est fait pour être beau, pour que le quartier garde une unité, une beauté générale. Ici, tout semble plus dur, plus sanguin. Ashby a souvent l'impression que le quartier de glace est l'un des plus silencieux, comme si la neige et les températures négatives absorbaient les sons, c'est tout le contraire ici. Tout est vivant, tout est en mouvement.
Il s'empresse d'accélérer le pas, pour ne pas être en retard. Il connaît bien le quartier, pour y avoir fait plusieurs affaires il y a quelques temps de cela. Les antiquaires de Greenwitch Village sont réputés, et au début de sa carrière, il devait se faire des liens avec d'autres personnes dans le métier. Mais il doit bien avouer qu'il n'est pas beaucoup sorti de son quartier ces derniers temps, occupé par son travail. Enfin, il s'est rendu plusieurs fois dans l'Upper West Side, pour rendre visite à Titus surtout, mais étant donné que ce quartier est collé à Manhattan, on ne peut pas vraiment dire qu'il soit sorti très loin. Enfin. Greenwitch Village étant son autre voisin, il n'est pas vraiment allé très loin aujourd'hui non plus. Mais ça lui suffit pour râler, pour se dire qu'il fait décidément trop chaud ici, même si objectivement, il fait quand même assez froid.
Il ne sait même pas vraiment ce qu'il fiche ici. Il s'est mis en tête d'aller regarder le défilé militaire, peut-être plus sur un coup de tête qu'autre chose. Quitte à faire quelque chose de sa soirée, ça lui semblait être aussi bien ici qu'ailleurs. Peut-être que ça l'empêchera de penser, l'espace de quelques heures. Ses nuits sont agitées en ce moment, et il ne sait pas vraiment pourquoi. Il a toujours été atteint d'insomnies de toute façon, et ça ne risque pas de changer. Il a bien quelques potions de sommeil pour lorsqu'il doit vraiment s'endormir, mais ce n'est pas une solution sur le long terme, il en est conscient.
Il arrive à la place de l'horloge et un frisson le parcourt alors qu'il lève les yeux sur l'immense tour, que l'on peut voir à des kilomètres à la ronde. À chaque fois qu'il la voit, il ne peut s'empêcher de penser aux humains qui la font fonctionner, à ces vies gaspillées, sous terre. Ashby ne défend pas particulièrement les humains en général, au grand désespoir de Titus et de Dahlia, qui n'ont toujours pas abandonné l'espoir de lui faire un jour ouvrir les yeux. Il considère les sorciers comme étant supérieurs, la magie était pour lui une preuve irréfutable qu'il manquait quelque chose aux humains. Mais ce n'est pas pour autant qu'il espérait tous les voir mourir, et à vrai dire, utiliser des êtres vivants pour faire ce mécanisme qui pourrait tout aussi bien utiliser la magie pour fonctionner lui semble être un gaspillage de ressources, mais bon. Personne ne lui demande son avis, et il n'est pas pressé de le faire connaître non plus. Il aura probablement oublié cette injustice au moment où il quittera le quartier, de toute façon.
Il y a déjà beaucoup de monde, un peu trop de l'avis d'Ashby. Il retient un grognement. Après tout, à quoi s'attendait-il ? Il n'y a plus beaucoup de place, il aurait dû arriver en avance. Il grimpe dans les gradins, sur les côtés. Il ne reste que les pires places, celles dont on ne voit pas grand-chose, mais juste assez pour ne pas avoir envie de faire demi-tour. Il pousse un soupir et se dirige vers une place, observant les derniers préparatifs se faire, les premiers soldats se mettre en place. Tout doit être parfait pour ce soir, personne ne l'ignore.
Il passe devant deux hommes, et se cogne la jambe contre le genou de l'un d'entre eux, déjà assis. Il manque de se casser la figure et réussit à rester debout, avant de se laisser tomber à la place libre juste à côté d'eux. « Pardon, » marmonne-t-il en passant une main dans ses cheveux, plus par un réflexe nerveux que par réelle nécessité.



Citation :
Ashby arrive sur la place de l'horloge et va se trouver une place, juste à côté de Solal, sur lequel il trébuche au passage.
 
code by solosands

_________________
 
stitch by stitch I tear apart
If brokenness is a form of art, I must be a poster child prodigy. Thread by thread I come apart. If brokenness is a work of art, surely this must be my masterpiece. ▬ I'm only honest when it rains.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Groupe 7] Attack on the Last Moon - The clock said Forward march !
Page 1 sur 1
two black eyes
Revenir en haut 

. ✵ * · . . TWO BLACK EYES ☽ :: 
new york
 :: 
Zone 6
 :: 
The Clockwork Place
+
 Sujets similaires
-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Journée 2 : Groupe F
» Hamster attack
» armée bad moon


Sauter vers: