moonlight ✧ mazen

whatever happens, we are deathless
Aller en bas 
 
MessageSujetmoonlight ✧ mazen      #☾.      posté le Mer 9 Jan - 22:28
you got two black eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t308-selfish-nora http://twoblackeyes.forumactif.com/t371-night-born-beauty-how-sw http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image :
pseudo : météorites.
credits : my everything
Faceclaim : Kim Jennie
Inscription : 08/12/2018
Messages : 405
true color : #f6c4c4
timelapse : 25 année à contempler la décadence de son inhumanité.
heart rate : Célibataire au goût du drame à chérir ses errances sans morale.
purpose : Propriétaire du Chiastraelli's, hôtel de luxe, parenthèse qui suspend l'élite new yorkaise au delà du réel.
magic scale : niveau II
powerplay : Elle a le toucher cruel Nora. Elle dont le froid prend naissance au bout des doigts pour geler tout ce qui rentre à leur contact.
loyalty : La fidélité traditionnelle. Ferveur de ceux à qui la vie à tout donner et dont la cour de l'hiver n'est qu'une pierre de plus à l'édifice de leur légitimité. Elle est fidèle Nora, elle hante les rassemblement en voilant son regard de la douceur de ses paupières. Elle s'y insère avec cette innocence viciée de celle qui n'ignore rien de la corruption qui gangrène le système même de son édifice rongé par le calcul.
action cards : 3
object cards : 1
mystery cards : 2
random cards : 0
intrigue cards : 1
warning sign :

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle aime  m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.


C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Black Dimes : 1054
Staff
Staff
En ligne

Moonlight
une sombre soirée
A savourer notre monstruosité
you got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul, i wouldn't change it no oh
Blanc. Blanc. Blanc. Fracas sourd et cotonneux. Ce n'est pas ivoire, ni poudreux. C'est neige. Glacé comme un voile d'eau. Un déluge hivernal qui vient de gercer au dessus de Lower Manhattan dans un scintillement cristallin de fin du monde - à croire que toutes les gouttes de pluie avaient décidée de revêtir leur robe de mariées.

On murmurait même qu'elles fondaient parfois, ces robes des jardins d'hiver. Qu'elles éclataient pour s'évaporer avant d'échouer sur le sol gelé. Ou qu'elle se noyait, avalée par les grandes immensités des flaques rouges du sang versé. Elle avait encore l'impression de le voir danser devant ses yeux Nora. Tout ce rouge, elle aurait beau y raccrocher milles adjectifs, cent et uns connecteurs logiques, il n'empêche que ça resterait du rouge.

Elle avait quitté les festivités emmitouflée de son masque d'hiver, comme une dramaturge ponctuait son oeuvre de sa dernière scène - l'indifférence, elle l'avait ancrée à même sa peau, qu'importe les grands blancs de sa court ou la souffrance des agneaux.

Mais sous la surface - sous le givre et sous la glace, ça grouillait, humide et désagréable, le corps à vif comme une mangeoire. Ca grouillait dans le fracas du garçon suivant ses pas, dans ces accusations muettes, dans son impuissance, dans cet inhabituel et oppressant silence. Et ça avait surgit, comme soudain dans le foutoir de son esprit, alors que son souffle formait des panaches de vapeur, respiration opaline de dragonne pleine de fumée - Nora, elle se sentait comme glacée. Ca dansait devant ses yeux, une myriade de petites constellations posée sur la membrane fine et hasardeuse de son champ de vision. Le choc, songe-t-elle, alors qu'elle clos les paupières en refermant les portes de son salon derrière elle. En se disant que c'est quand même amusant, tout ces points qui obstrue sa vision, comme une minuscule comète pleine de cassonade qui aurait eut un accident en s'échouant à la périphérie des yeux charbons.

▬ Merde...

Elle s'appuie contre les portes closes, il n'y avait rien de bon dans la violence. Elle commençait vaguement à s'en rendre. C'étai comme étrange, de sentir son souffle s'emballer dans ses poumons, s'enflammer comme une chaudière crépitante. Elle a perdu le fil de ses pensés - avait-elle abandonnée Agapé ou s'en était-il aller? Il n'y avait plus que son souffle. Une respiration de dragon qui roule et coule sur son visage jusqu'à former un petit rire frémissant.

▬ Merde... Merde... Merde...

Et un frisson désagréable vient dévaler son échine, comme un autre moment, un autre souvenir, bien avant sa vie ici, bien avant qu'elle cesse d'être une petite fille. Et elle est là pourtant, si pathétiquement vulnérable qu'elle plie, comme un épis fragile plié par une bourrasque, qui la pousse à se replier sur elle même, les coudes appuyés contre ses genoux, sa main dans la tête, avec ce souffle qui vacille entre rire et suffocation - jusqu'à ce qu'elle sente une main se poser sur son épaule et une autre sur son front.

Respire.

Cette voix familière, elle a une autorité qui l'avait toujours agacée, une cathédrale de cristaux humide qui tinte à chacun de ses cris. Pourtant Nora, parfois, elle finissait par l'écouter. A simplement ouvrir la bouche pour se décider à respirer.


_________________
selfish bitchAll the best people
are crazy

Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: moonlight ✧ mazen      #☾.      posté le Ven 11 Jan - 7:51
you got two black eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo : Bluefeathers, Anaïs
credits : acid rain (avatar)
Faceclaim : King Namjoon
Multifaces : Zélie Havilliard
Inscription : 08/01/2019
Messages : 33
true color : chocolate
timelapse : 27 ans.
heart rate : Fiancé, dit le contrat, dit la bague autour du doigt de Yunia. Womanizer, crient son regard et les filles entre ses draps. Amoureux ? Destructeur. Possessif, violent, jaloux, et pourtant, revendiquant sa liberté pour mieux s'en priver deux secondes après.
purpose : Directeur de la sécurité pour les établissements des deux aînés Kane.
magic scale : Niveau 2, le niveau 3 semble à portée de main.
powerplay : Per fumare, c'est par la fumée qu'il vous aura, des senteurs soigneusement choisies s'échappant des nuages qu'il crée à partir d'une simple étincelle.
Black Dimes : 335
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

Moonlight
une sombre soirée
A savourer notre monstruosité
you got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul, i wouldn't change it no oh
Bras croisés, Mazen a assisté au massacre. Sans bouger un doigt, sans bouger un cil, statue de marbre parfaite, sculptée par des années de discipline. Regardant. Sans rien faire, comme il le fait si bien. Comme il l’a toujours fait. Mâchoires serrées, menton carré, bras croisés. Pas un tressaillement. Pas une once d’émotion, laissant la violence déferler sur lui. Comme avant. Comme un rappel. Une pénitence ? Non. Parce qu’il reproduit les mêmes erreurs. Mais que faire. Il a bien évidemment pensé à Kaz, immédiatement, aux autres, qu’il a connus toute sa vie, qui n’ont même pas été inquiétés au sein de leur foyer, pendant les révoltes humaines. Par loyauté, par peur, qui saurait le dire, mais aucun d’entre eux n’a touché un Vanserra. Spectateur impuissant. Espérant, sans qu’il ne puisse se l’avouer, que quelqu’un intervienne et interrompe la scène. Ou rende les coups. Et pas n’importe quel quelqu’un. Mais il ne vint pas. Il ne viendra plus. Et la monde est ainsi fait. Et le sang qui entache le sol sera nettoyé. Et tout le monde retournera vaquer à ses occupations. Et si la Night ne fait rien, ils ne feront rien. Car ainsi va le monde. Ainsi va l’ordre des choses. Et c’est avec un détachement tout relatif qu’il s’est détourné des festivités qui n’en étaient pas réellement. On ne lui demande pas son avis. Personne n’en a cure, et il n’a même pas à en avoir. Servir. Mais pour une fois, sa soirée est libre. Mais il a pris d’autres engagements. Aussi la silhouette s’éclipsant ne lui a pas échappée. Comme ce qui l’agite sans le moindre doute. Mais Nora n’a rien d’une demoiselle en détresse. Alors il lui a laissé de l’avance avant de mettre ses pas dans les siens. Pour qu’elle puisse gérer tout cela à sa convenance. Parce qu’elle détesterait qu’elle la prenne par le bras et lui dise qu’il va conduire.

C’est donc quelques minutes après elle qu’il arrive, sans un son, malgré la neige environnante. Pas un bruit, même quand ses chaussures effleurent le sol. Pas encore, il maîtrise pour l’instant son pas pour ne pas l’affoler. Et pour lui laisser encore une chance de se reprendre. Ce n’est pas de la cruauté. C’est du respect. S’ils s’envoient régulièrement chier, ils savent l’un et l’autre qu’ils peuvent compter l’un sur l’autre. Sans mièvrerie, sans compassion dégoulinante. Juste avec une profonde compréhension, qui leur échappe parfois, de qui est l’autre, derrière, dessous. Peut-être à cause de leur grande similarité, malgré des différences évidentes. Aussi, quand il voit que ce n’est pas suffisant, qu’il la voit s’effondrer, se remet-il en marche. Les semelles crissent à présent, pour annoncer son arrivée, ne souhaitant pas la prendre en traître. Et sa main gantée se pose sur son épaule, alors que son souffle chaud vient son visage. L’autre vient l’encadrer, sur le front, le cuir entrant en contact avec la peau. « Respire. » Traits figés dans la même expression éternelle, pas une once de pitié ne vient l’effleurer. Il est un roc, sur lequel elle peut se poser pour se relever. Et il faut qu’elle le fasse. « Lentement. Inspire. Et souffle. » Le mécanique, d’abord. Le reste après. Précautionneux, il ne s’approche pas plus. N’envahit pas son espace. « Regarde-moi, Nora. » Qu’elle s’ancre quelque part. Qu’elle cesse de se perdre dans le gouffre qui semble l’avoir avalée. Qu’elle attrape le ligne de vie qu’il lui lance. Et qu’elle la suive, jusqu’à la surface.


_________________
A BEATING HEART OF STONE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: moonlight ✧ mazen      #☾.      posté le Sam 12 Jan - 3:25
you got two black eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t308-selfish-nora http://twoblackeyes.forumactif.com/t371-night-born-beauty-how-sw http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image :
pseudo : météorites.
credits : my everything
Faceclaim : Kim Jennie
Inscription : 08/12/2018
Messages : 405
true color : #f6c4c4
timelapse : 25 année à contempler la décadence de son inhumanité.
heart rate : Célibataire au goût du drame à chérir ses errances sans morale.
purpose : Propriétaire du Chiastraelli's, hôtel de luxe, parenthèse qui suspend l'élite new yorkaise au delà du réel.
magic scale : niveau II
powerplay : Elle a le toucher cruel Nora. Elle dont le froid prend naissance au bout des doigts pour geler tout ce qui rentre à leur contact.
loyalty : La fidélité traditionnelle. Ferveur de ceux à qui la vie à tout donner et dont la cour de l'hiver n'est qu'une pierre de plus à l'édifice de leur légitimité. Elle est fidèle Nora, elle hante les rassemblement en voilant son regard de la douceur de ses paupières. Elle s'y insère avec cette innocence viciée de celle qui n'ignore rien de la corruption qui gangrène le système même de son édifice rongé par le calcul.
action cards : 3
object cards : 1
mystery cards : 2
random cards : 0
intrigue cards : 1
warning sign :

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle aime  m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.


C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Black Dimes : 1054
Staff
Staff
En ligne

Moonlight
une sombre soirée
A savourer notre monstruosité
you got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul, i wouldn't change it no oh
Le monde était soudainement mobile.

La caresse des courants d'air a quelque chose de solide, une mer souple qui la berce et l'agite, la rend nauséeuse, prise dans un étourdissement duveteux de ses angoisses et de sa robe de soie. Son esprit est chaotique, glacée d'appréhension et d'absurdes suppositions. Elle se raccroche à un poignet, une chaire tiède recouverte d'un tissu rêche, une main gantée de cuir qui la stabilise et la presse.

Les ombres scellent sur son visage un paysage de désarroi et d'épuisement entremêlés - depuis quand était-il si difficile de simplement respirer? Une voute de nature écroulée et diluée où l'enfant devenu femme peinait à retrouver son masque, de jeune fille gracile comme un oiseau, avec sa peau de lait, avec ses pas qui l'emportent dans les plis certains de sa robe. Celle qui se glisse dans les ténèbres opacifiée de ces nuits clairsemés, qui faisait danser New York au rythme de ses secrets. Un parfait mensonge d'une neige qui jamais ne fond.

Et il y avait quelque chose de foncièrement ironique dans les vives agitations de son esprit - cette envie de lui dire qu'elle allait bien sans vraiment y parvenir, tout juste un crachotement de sa cage thoracique. Peut-être parce que son corps ne voulait rien d'autre que de lâcher prise, abandonner cette carcasse usée de connasse invétéré.

Alors elle le dévisage Nora, parce que Maz, il savait bien trop de choses déjà. Parce que ce serait surement qu'ils ne disent rien, ni l'un ni l'autre. Car elle a la main crispée, les muscles tétanisé autour de lui tandis qu'elle s'accroche, qu'elle en remonte ardemment le fil - de la fausse tranquillité de ces esprits prétendument étriqués.  Elle fixe l'obscurité de ses yeux, cette lueur qui tourne et qui s'échoue à la frontière de sa sollicitude.

▬ Ca va...

Elle le dévisage, sa voix basse a quelque chose de grinçant, un timbre rauque qui ne lui appartenait pas, absurde témoin de son émois. Depuis quand les choses ont-elles changés ainsi? Depuis quand s'était-elle changé en poupée fragile qui s'écroule au premier sang, au premier cri? Sa propre voix lui semble venir de loin, si loin, une contrée aride et sans vie. Un cimetière indien de restes humains.

▬ Je crois, qu'on peut attester que le spectacle a été pour moi de plus mauvais goût.

Nora a la gorge asséché comme un désert. C'est qu'il semble définitivement avoir foutu le camp, l'oasis de sa salive. Migrant clandestin de la sueur froide qui perle sur son front, dans le creux de son cou. Elle se redresse, lentement, avec les milles précautions des oisillons. Avec ses doigts qui ne le lâchent pas; son regard qui ne le quitte pas.

▬ Merci.

La pression de ses doigts se resserrent un instant autour des sens et elle inspire longuement, pour essayer de se calmer. Avant de relâcher pour glisser ses mains dans ses cheveux, les remontant dans un épais chignon fouillis, une occupation bienvenue pour son esprit encore confus.

▬ Il faut croire que tu es destiné à me voir dans ce genre de situation embarrassante Maz.

La lune gravite et les ombres s'allongent. Nora déplace un peu son regard, à peine, juste une inclinaison de sa pupille pour capter l'ombre s'agitant derrière la porte entrouverte - une silhouette bien humaine perdue au milieu des affres des rituels païens.


_________________
selfish bitchAll the best people
are crazy

Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: moonlight ✧ mazen      #☾.      posté le Lun 14 Jan - 14:30
you got two black eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo : Bluefeathers, Anaïs
credits : acid rain (avatar)
Faceclaim : King Namjoon
Multifaces : Zélie Havilliard
Inscription : 08/01/2019
Messages : 33
true color : chocolate
timelapse : 27 ans.
heart rate : Fiancé, dit le contrat, dit la bague autour du doigt de Yunia. Womanizer, crient son regard et les filles entre ses draps. Amoureux ? Destructeur. Possessif, violent, jaloux, et pourtant, revendiquant sa liberté pour mieux s'en priver deux secondes après.
purpose : Directeur de la sécurité pour les établissements des deux aînés Kane.
magic scale : Niveau 2, le niveau 3 semble à portée de main.
powerplay : Per fumare, c'est par la fumée qu'il vous aura, des senteurs soigneusement choisies s'échappant des nuages qu'il crée à partir d'une simple étincelle.
Black Dimes : 335
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

Moonlight
une sombre soirée
A savourer notre monstruosité
you got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul, i wouldn't change it no oh
Il lui laisse le temps. Il ne la presse pas. Ne va pas plus loin qu’il ne l’a déjà été. Parce qu’il n’envahira pas son espace. Parce qu’elle n’a pas besoin de plus, et il le sait. S’il y a une personne qui peut se relever de ça, et de n’importe quoi, d’ailleurs, sans autre aide qu’un bout coup de pied aux fesses, c’est bien Nora. Ses airs de poupée de luxe trompent peut-être la majorité des gens, mais certainement pas le Vanserra. Parce qu’il voit clair dans l’âme des personnes et surtout, parce qu’il en a été témoin. Parce qu’il a déjà joué ce rôle, celui de la main tendue. La main ferme, la main qui n’hésitera pas à gifler, métaphoriquement bien sûr, si besoin. Et ça fonctionne. Ça fonctionne parce que ses yeux trouvent les siens, réellement. Parce qu’il voit l’étincelle en leur sein qui l’informe qu’elle reprend ses esprits. Qu’elle l’a reconnu. Et qu’elle lui revient. Alors il continue de patienter. La laisse aller à son rythme, prêt à presser sur ses doigts si cela aide, prêt à lui tapoter la joue pour la réveiller, prêt. De nouveau statue, de nouveau roc, il guette les signes d’amélioration sans émettre le moindre son, sans se permettre ne serait-ce que de ciller. Ses premiers mots ne lui font aucun effet. Parce que ce n’est pas réellement elle qui les prononce. Parce que non, ça ne va pas. Et il sait comme elle qu’il ne supporte pas les conneries. Qu’elle n’a pas à lui balancer de platitudes. Il s’en fout, Mazen. Il n’a jamais su faire la conversation pour rien, ce n’est pas aujourd’hui qu’il va commencer. Et elle continue, ce qui le rassure, pour le coup. Il se contente de hocher la tête. Il aurait bien une ou deux remarques sarcastiques, mais préfère les garder pour plus tard, quand elle sera en état de les apprécier, ou plutôt, de renchérir. Ou de s’oppose à lui. Même si pour le coup, à ce sujet, ils sont foncièrement d’accord. Leur ligne d’action et de conduite est simplement différente.

Ses remerciements, il le efface d’un battement de paupières, signifiant que ce n’est rien. Il se redresse avec elle, gardant ses doigts liés aux siens le temps qu’elle se stabilise. Tranquillement. Patiemment. Et finalement, elle se reprend, se séparant de son toucher. Il en profite pour sortir un paquet de cigarettes, en glissant une entre ses lèvres au moment où elle lui arrache un rire de gorge. « Tu as de la chance que je n’aille pas tout raconter aux tabloïds. » Une pique. Leur rituel, leur façon de communiquer. Pas étonnant que la plupart des gens pensent qu’ils se détestent. S’ils savaient … s’ils savaient qu’effectivement, c’est chez lui qu’elle a échoué, dans les premiers temps, quand elle est partie de chez elle. Quand elle a fui, finalement. Qu’elle a léché ses blessures pour mieux devenir la femme qu’elle est actuellement. Une femme qui garde des fêlures, qu’il est effectivement l’un des seuls à voir. Et qui ne la jugera jamais pour ça. Sûrement parce qu’il dissimule aussi soigneusement les siennes. Le paquet se tend vers elle pour lui proposer une cigarette également, et il finit par le rempocher, jouant de son zippo pour les enflammer, enfant du feu ne pouvant en produire. « C’était moins affligeant que ce qu’on nous a servi, en tous cas. » Les images sont encore vives et menacent de revenir, de se dessiner dans la fumée qui commence à les entourer. Pas seulement celles du tabac consommé. Non. Une autre s’est jointe à la danse, née de la flamme qui a été allumée. Répondant au souffle des pouvoirs de Mazen, elle prend place autour d’eux, nuage iridescent les enveloppant. D’odeurs propres. Givrées. D’une dose d’aldéhydes rappelant à s’y méprendre la neige qui les entoure. Mais décuplées. Une « odeur blanche », qui l’apaise autant que la nicotine dans ses poumons. « Content que Kaz n’ait pas assisté à ça. » Kaz. Son bras droit. Son lieutenant. Son homme de main. Et un homme avec lequel il a grandi. Qu’il estime comme un frère. Sans qu’il ne le soit jamais. Et c’est dans des situations telles que celles-ci qu’il s’en souvient. Quelle imbécillité. « Ça va faire du bruit. » Immanquablement. Et si son coven se rangera derrière la ligne de conduite de celui au pouvoir, il y a fort à parier que les autres ne feront pas de même.


_________________
A BEATING HEART OF STONE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: moonlight ✧ mazen      #☾.      posté le Ven 18 Jan - 1:52
you got two black eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t308-selfish-nora http://twoblackeyes.forumactif.com/t371-night-born-beauty-how-sw http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image :
pseudo : météorites.
credits : my everything
Faceclaim : Kim Jennie
Inscription : 08/12/2018
Messages : 405
true color : #f6c4c4
timelapse : 25 année à contempler la décadence de son inhumanité.
heart rate : Célibataire au goût du drame à chérir ses errances sans morale.
purpose : Propriétaire du Chiastraelli's, hôtel de luxe, parenthèse qui suspend l'élite new yorkaise au delà du réel.
magic scale : niveau II
powerplay : Elle a le toucher cruel Nora. Elle dont le froid prend naissance au bout des doigts pour geler tout ce qui rentre à leur contact.
loyalty : La fidélité traditionnelle. Ferveur de ceux à qui la vie à tout donner et dont la cour de l'hiver n'est qu'une pierre de plus à l'édifice de leur légitimité. Elle est fidèle Nora, elle hante les rassemblement en voilant son regard de la douceur de ses paupières. Elle s'y insère avec cette innocence viciée de celle qui n'ignore rien de la corruption qui gangrène le système même de son édifice rongé par le calcul.
action cards : 3
object cards : 1
mystery cards : 2
random cards : 0
intrigue cards : 1
warning sign :

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle aime  m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.


C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Black Dimes : 1054
Staff
Staff
En ligne

Moonlight
une sombre soirée
A savourer notre monstruosité
you got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul, i wouldn't change it no oh
Un discret sourire prit place sur le groseille des lèvres de Nora. Son regard charbonneux se posa sur le paquet de cigarette tendu dans sa direction avant qu'elle ne s'y serve dans une inclinaison du menton en guise de remerciement. Elle était maintenant coutumière du soutient silencieux de Mazen - même si sa bouche avait toujours peiné à articuler la complexité de l'incongruité qui les reliait. Mazen, offrant aux tourments de sa morne existence la solidité d'un rocher et la discrétion d'une macabé. Nora. Elle reconstituait son masque, apparat de parade, fioritures tissée de doré et de faste. Les pieds fixés au sol, ces bras qu'on croisait pour montrer une importance, ce regard insondable qui déstabilisait... Sa tête, non, son métabolisme entier refusait de travailler et de s'affairer à comprendre l'inexplicable de cette situation. Il était plus aisé d'y puiser un certain amusement, à se demander comment une soirée pouvait aussi mal tournée alors que tout les destinait à jouer la plus brillante de toutes leurs scènes.

▬ Tu pourrais, mais ça serait ta parole contre la mienne. Je suis une baratineuse de catégorie supérieur trésor.

Plus que joyeuse, Nora avait toujours été tacticienne.  Et si tactique il y avait eu en cet instant pour décrire le tableau qui lui faisait maintenant fasse...

▬ Mais oui, c'était affligeant.

Affligeant de présomption et d'impulsivité, une stupidité à peine réprimée qui lui échappait. Elle savait les sorciers du jour certain de leur supériorité sur tout à chacun, mais ignorait jusqu'à présent leur inconscience face au fil ténue sur lequel leur société naviguait maladroitement. Les courts désapprouveraient, la clameur grondante parmi les rangs des humains enflerait. Ils étaient tous, tout autant qu'ils étaient, assit sur un nid de poudre qui ne demandait qu'une étincelle pour prendre feu et implosé. Pour dévaster New York et ses rues viciés d'un sang trop souvent versé. Est ce que la day avait lâché le flambeau de leur perte ou n'avait-elle fait qu'accroitre la profondeur du gouffre séparant l'espoir d'une paix durable?

▬ Tous n'ont pas eut cette chance malheureusement.

Agapé n'avait pas put en réchappé, il s'était tenu à ses côtés, silencieux. Incapable du moindre mot, du moindre geste face à l'horreur et au reflet de son impuissance. Et qu'aurait-elle put faire Nora, pour soulager sa peine? Alors même qu'elle savait qu'il n'y avait aucune issue face à la folie des aspects les plus laids de la sorcellerie. Tout n'était que folie une fois que le pouvoir se faisait profond, indicible. Mais elle n'oubliait pas Nora, que rien sur cette terre n'était éternelle.
Pas même eux.

▬ N'est ce pas ce qu'ils voulaient dans le fond? Faire parler d'eux. Assurer une supériorité propre à leur égo.

Nora, elle s'incline vers son chandelier pour embraser sa tige de tabac froid, aspirant une longue bouffée de nicotine qu'elle vint expirer entre eux, elle retire ses talons, agite ses boucles brunes dans un mouvement mécanique avant de s'abandonner dans le confort de sa méridienne, les pieds posés sur l'accoudoir, la tête rejeté en arrière. Le plafond dessine les fresques des séraphin conquérant une terre gangréné par les démons qu'elle avait elle même engendrée. Cette scène, elle l'avait contempler un nombre incalculable de fois, en extirpant ses pensées les plus ironiques, les plus vengeresses aussi. La vie, dans le fond, n'était qu'un cycle. Tout s'y payait un jour, quoi qu'on en dise. Est ce que le jour succomberait à la nuit? Est ce que l'hiver ploierait face au soleil? Ou est ce qu'ils mourraient tous? Ecrouer face au poids de leur bêtise, aveuglé sous les rayons de haine et de mépris? A trop désirer on finissait par se brûler et lorsque les flammes embrasait la chaire, il n'y avait que les cris pour faire office de prière.

▬ Les choses vont changer Maz. Tout ça a un sens, une nouvelle direction. Quelque chose a changer cette nuit, c'était dans l'air, dans la désapprobation des uns, la satisfaction des autres. Rien de bon ne sort de la violence.

Seul le sang, succédait au sang.


_________________
selfish bitchAll the best people
are crazy

Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: moonlight ✧ mazen      #☾.      posté le
Contenu sponsorisé
you got two black eyes

Revenir en haut Aller en bas
 
moonlight ✧ mazen
Page 1 sur 1
two black eyes
Revenir en haut 

. ✵ * · . . TWO BLACK EYES ☽ :: 
new york
 :: 
Zone 5
+
 Sujets similaires
-
» Forum : moonlight city
» Edition Panini
» {The White Bird and the Moonlight} {OK}
» Follow your inner moonlight; don't hide the madness. | Adrian Corriveau
» Carried away by a moonlight shadow ♫ (Xaldin)


Sauter vers: