(event) the ritual of the last moon

whatever happens, we are deathless
Aller en bas 
 
MessageSujet(event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le Mar 22 Jan - 23:00
you got two black eyes
Isabo Kierkegaard
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t993p25-we-always-have-a-choice-isabo http://twoblackeyes.forumactif.com/t1037-anyway-the-wind-blows-i
image :
pseudo : MYERS.
credits : Merenwen ♥ (avatar)
Faceclaim : Chris Evans
Inscription : 26/12/2018
Messages : 147
timelapse : Déjà 34 ans, mais il le vit plutôt bien
heart rate : Célibataire et très bien comme ça
purpose : Spécialiste en bombes magiques, dans les rangs des soldats de l'hiver
magic scale : Niveau 2
powerplay : Contrôle du froid.
loyalty : Il a tout fait pour avoir sa place chez l'hiver, une place qu'on a toujours douté qu'il avait. Il est donc bien fidèle à son coven, ou alors il essaye de l'être, passant quand même beaucoup de temps à l'Upper West Side...
Black Dimes : 854
WINTER COURT
WINTER COURT

✵ * · .  THE RITUAL OF THE LAST MOON
Je ne me sentais pas du tout à l’aise dans ce costume ridicule et encore moins tout en blanc, même si c’était de mise chez l’hiver lors des grands évènements comme celui qui se préparait pour cette nuit de la dernière lune. Pourtant, même si le blanc était l’une des couleurs les plus emblématiques de mon coven, j’arborais beaucoup plus souvent son opposé, le noir, ce qui n’était pas du tout la seule rébellion que je menais et qui me différenciait des sorciers les plus typiques des vents froids de la saison hivernale, ce qui, pour autant, n’avait pas l’effet de les rendre plus dignes ou plus à leur place que moi, ça ne faisait qu’en sorte de leurs attribués le statut de mouton, à mon humble avis, avis qui n’avait que peu d’importance. C’était bien le cas oui, puisque j’étais tout de même là, devant la porte de mon suprême, vêtu de blanc de la tête aux pieds comme on me le demandait, sans compter les souliers que j’espérais que personne ne remarquait. Ils détonnaient, noirs comme le charbon et pas vraiment adéquats pour l’occasion, mais parfaits si jamais quelque chose tournait mal… Même si on me demandait d’être un tant soit peu vêtu pour l’occasion, je ne pouvais pas non plus me permettre de ne pas être dans la capacité de courir sans me retrouver le cul dans la neige au moindre faux mouvement, ou je ne pourrais assurer la sécurité de personne et c’était bien le but principal de ma présence ici et ce soir, au central park.
Jetant un œil à ma montre, je vois que monsieur n’est pas à l’heure, mais je ne m’impatiente pas, sachant que je n’avais n’y le droit n’y le statut pour me le permettre. De plus que pour une fois, celui-ci m’avait enfin assigné une tâche qui ne relevait pas de la femme de chambre et qui était un peu plus digne de ma vocation, volonté dont je lui avais fait part il y a peu et qui avait visiblement portée fruit. Parler maintenant, ne me rendrait qu’insolent et peu reconnaissant de son écoute et de sa clémence. Alors c’est patiemment que je l’attends. De toute manière, le jumeau Beauregard n’avait pas coutume d’être très en retard, sous toute réserve et en me basant sur les quelques fois que nous avions eu rendez-vous quelque part, puisqu’au-delà de cela, je ne pouvais savoir. J’étais peut-être un soldat plutôt proche du suprême, mais ce n’était seulement que par le biais de mon service militaire que j’avais offert et promis d’accomplir pour la winter court. Je ne pouvais donc pas du tout clamer le connaître réellement. Cillian, entouré de préjugés souvent associés à son jeune âge, préjugés que certains confondaient à la réalité puisqu'ils étaient un peu tout ce à quoi ils avaient accès, arrivait pourtant souvent à me surprendre et à faire éclater en morceau cette affiche qu’on roulait toujours devant lui et qui ne lui correspondait visiblement pas, restant ainsi un mystère. J’avais moi-même mes ambivalences, mais peu importe ce qu’elles me dictaient parfois, je restais fidèle au coven et à ses suprêmes qui régnaient sur l’hiver pour une raison qui nous échappait tous puisqu’elle n’appartenait qu’aux astres et ce soir, comme beaucoup d’autres fois antécédentes, je comptais mettre à bien cette loyauté.
[...]
Heureusement, bien que le suprême ait pris un peu plus de temps que prévu à être fin prêt et présentable pour ces invités de ce soir, cela ne nous prend que très peu de temps pour nous rendre à central park, là où les festivités de la dernière lune auraient lieu, ce qui a pour effet de compenser. Nous n’arrivons donc pas les premiers, mais nous ne sommes définitivement pas parmi les derniers, non plus, ce qui était tout à fait approprié. Alors que la foule de gens en habits blancs commence à se rendre compte doucement de l’arrivée du suprême de l’hiver, je reste un peu en retrait lorsque le blond serre des mains et salue poliment des sorciers courageux venant à sa rencontre, même si je me doutais bien, puisque j’en avais été moins même témoins, que ce dernier n’attendait plus que le moment de se poser pour s’empiffrer royalement des petits fours prévus à l’occasion et qui circuleraient dans les environs du parc afin de faire patienter les invités de la winter court.

Citation :
Isabo se rend à la demeure des suprêmes de l'hiver pour y attendre Cillian. Il est prévu qu'ils se rendent ensemble à central park et Isabo à pour mission d'assurer plus particulièrement sa sécurité. [...] Ils arrivent à central park et Cillian salue les sorciers présents.

@Cillian Beauregard, @Keridwen Zápolya, @Bethshaa Hubbard, @Terence Blackwell

_________________
all alone by the wait side
Black eyes open wide, It's time to testify, There's no room for life, and everyone's waiting for you. Everyone's looking at you.
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le Mar 29 Jan - 22:53
you got two black eyes
Keridwen Zápolya
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t1053-keridwen-another-one-bites-the-dust http://twoblackeyes.forumactif.com/t1437-keridwen-you-decide-how
pseudo : Merenwen
credits : Merenwen (av) AMIANTE (sign.)
Faceclaim : Anya Taylor-Joy
Inscription : 28/12/2018
Messages : 33
true color : #333366
timelapse : 22 y.o, une jeunesse prometteuse et pourtant gâchée si rapidement par des mauvais choix.
heart rate : jeune et pourtant déjà veuve, son cœur s'étant entiché d'un humain, la fin ne put être que tragique.
purpose : anciennement officier de police, en pleine ascension, elle était chargée de surveiller les Wicked et effectuait régulièrement des descentes dans leur quartier. Convoitant le rôle de commandant voilà qu'elle se retrouve plus bas que terre de par sa trahison envers sa famille. Devenue l'une des ceux qu'elle méprisait, elle travaille désormais au sein du Moon Hotel.
magic scale : dépouillée de toute magie de par son bannissement. Un manque supplémentaire qui vient s'ajouter au fond de son être. La frustration coulant dans ses veines la pousse à vouloir retrouver un niveau décent mais sa foutu fierté refuse de se mélanger aux autres wicked pour réapprendre ce savoir qui lui est dû. Apprendre de grimoires volés, ça la rend malade rien que d'y penser. Elle ne veut encourager ces criminalités.
powerplay : modèle les flammes au gré de ses envies. Son tour favori ? Donner aux flammes l'apparence de chiens de l'enfer, réduisant en cendres l'herbe se trouvant sous leurs pattes, brûlant avec leurs gueules béantes l'ennemi.
liability : atteinte du syndrome d'Alice au pays des merveilles | parano depuis qu'elle est chez les wicked, elle a toujours de quoi se défendre sur elle | de multiples cicatrices ornent sa peau | toute sa vie elle s'est entrainée dure comme fer pour devenir le parfait soldat | bannie pour être tombée amoureuse d'un humain et d'avoir enfantée avec lui, il a été tué devant elle et son bébé le lui a été enlevé à sa naissance, elle ne sait pas ce que sa famille en a fait
loyalty : même si elle a été bannie, sa loyauté restera toujours et à jamais envers l'autumn court. Elle ne fait pas confiance aux Wicked, pour elle ce ne sont que des délinquants.
Black Dimes : 329
THE WICKED
THE WICKED

the ritual of
the last moon
 
* . ˚      .
*        ✧  ·     *
      * .     ·   
       *    .   


Une seule erreur a suffi pour que sa vie soit bousculée à jamais. Reniée par sa famille. Rabaissée au rang de Wicked. Comment en est-elle venue à là ? Comment avait-elle réussie à tomber aussi bas ? Ces gens-là, Keridwen ne pouvait les côtoyer. Elle valait mieux qu'eux. La jeune sorcière déchue profitait de chaque occasion qui se présentait devant elle pour s'éloigner d'eux. Prendre ses distances avec la vermine. Le rituel de la dernière lune était l'occasion parfaite. Ces festivités de fin d'année avaient toujours été ses préférées. Mais aujourd'hui pour la première fois, elle s'y rendait avec un gout âpre dans la bouche. Un malaise constant avait envahi son être. Une grande partie d'elle, lui ordonnait de ne pas y aller, qu'elle n'était pas invitée. Sa présence pourrait froisser les astres. Cependant, cette cérémonie était très importante pour elle. Malgré le fait, qu'elle se retrouve sans magie, elle souhaite participer à la glorification des Two Black Eyes. Son bannissement n'a aucun cas ébranlé sa foie.

Se rendre au Greenwich Village serait surement perçu comme un affront. Dès les premières secondes, Keridwen serait repérée. Pourtant, elle aurait tant voulue profiter de cette fête parmi les siens. D'un autre côté, cela aurait été extrêmement douloureux une fois sur place. Affronter une nouvelle fois la déception dans le regard des membres de sa famille ou même de son ancien suprême. Se rappeler cette place qu'elle occupait fièrement durant le défilé annuel des forces armées, celle de sécuriser l'évènement. Alors qu'aujourd'hui, elle occupait plutôt la place de l'invitée indésirée. Mais pas question d'ébranler sa fierté auprès des Autumn. Elle devait se rabattre sur un autre lieu. Central Park, lui vint à l'esprit. Lieu de prédilection de la Winter pour la cérémonie. Peut-être que chez eux, Keridwen a plus de chances de ne pas se faire repérer, à condition qu'elle triche un peu sur son apparence. Peut-être qu'également, elle croisera Icare et pourra se joindre à lui pour se fondre dans la masse. Il ne devrait pas être au courant pour son bannissement. Du moins, rien dans les messages qu'il lui avait envoyés et auxquels elle n'avait pas encore répondue, ne le présageait.

Évidemment, la potion développée par la Summer Court pour changer de style capillaire aurait été parfaite pour l'occasion, si seulement elle se souvenait de comment la faire. Malheureusement, ce n'était pas le cas et Keridwen va devoir faire avec les moyens du bord. Une chance pour elle, le Moon Hotel regorgeait d'une multitude d'objets trouvés de toute sorte. Parmi eux, la jeune femme put trouver une perruque blonde et un blazer blanc style cape. Des accessoires qu'elle put complétée avec un pantalon et des chaussures de la même couleur, qu'elle avait déjà en sa possession. Un peu de maquillage en touche finale et le tour était joué. Elle avait la dégaine parfaite d'une fille de l'Hiver.

Au coeur de la nuit, Keridwen se sentait aussi à l'aise qu'une boule disco en plein milieu d'un cimetière. Être vêtue tout de blanc n'était pas du tout sa tasse de thé. De par son ancien coven, l'ancienne autumn avait été habituée à porter des couleurs tirant sur le marron. Alors forcément, en étant habillée de façon si lumineuse la jeune femme avait l'impression d'être tout sauf discrète. Une fois arrivée, à Central Park, elle se sentait tout de suite mieux, maintenant qu'elle pouvait apercevoir le blanc régner en maître. Malgré tout, le désenchantement prit rapidement place lorsqu'elle aperçut deux visages connus. Le suprême de l'Hiver, qu'elle s'attendait à voir évidemment et qu'elle ne comptait pas approcher et Beth. C'est cette dernière personne qui lui posait problème. Il allait être compliqué d'échapper à son ancienne formatrice. Elles s'entendaient parfaitement bien autrefois. Mais maintenant que la benjamine faisait partie des wicked, plus rien n'était comme avant. Il y avait plus de chances que la policière la fasse partir à coup de sabots plutôt qu'elle la prenne dans ses bras. Pour ne pas attirer le regard de ces visages familiers, Keridwen se mêla à un groupe d'inconnus, leur tournant le dos.


Citation :
- Keridwen se rend à Central Park, tout de blanc vêtue et munie d'une perruque blonde pour se fondre parfaitement parmi les Winter. Elle se mêle à un groupe random dans l'espoir que Cillian et Beth ne la remarquent pas.

@Bethshaa Hubbard, @Terence Blackwell, @Isabo Kierkegaard & @Cillian Beauregard

_________________
the broken are the more evolved

Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le Sam 2 Fév - 10:50
you got two black eyes
Bethshaa Hubbard
Voir le profil de l'utilisateur
image :
pseudo : THT
credits : Morrigan
Faceclaim : Gugu mbatha-raw
Multifaces : not yet
Inscription : 02/01/2019
Messages : 59
true color : #996633
timelapse : 33 feuilles mortes.
heart rate : Fiancé depuis aussi loin que sa dernière année d'étude à Astoria. Le mariage ne devrait plus tarder.
purpose : Policière
magic scale : Niveau 2
powerplay : Chaleur corporelle
loyalty : Ma loyauté passe avant tout par mon coven. L'autumn court. Celui qui m'a élevé et qui m'a tout appris. Je pourrais donner ma vie pour un membre de ma communauté. Il en va de même pour mon suprême, Roman Stark. Il n'a qu'à ordonné et je serais prête à le suivre aveuglément. Je défend fièrement nos lois et je m'efforce de faire régner la justice.
Black Dimes : 382
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

THE RITUAL OF THE LAST MOON
Terence & Cillian & Isabo & Keridwen

La fin de l'année annonçait comme toujours sept journée de festivité. Jusqu'à aujourd'hui j'avais toujours choisit de festoyer avec les miens. Que voulez-vous, j'étais une sorcière de tradition et chez moi c'était un moment pour se retrouver en famille. Lorsque je n'assurais pas la sécurité de la parade militaire ou d'un autre évènement, c'est avec ma mère, ma grand-mère et nos voisins que j'aimais bien passé les derniers jours de l'année. J'avais fait l'achat d'une robe longue et cuivré. Un vêtement d'occasion puisque j'avais fait la promesse à Nicholas que cette année je ne me joindrais pas à l'équipe de sécurité lors de la dernière nuit. Je glissais mes doigts dans ma chevelure et je prenais le temps de définir mes boucles. Je prenais rarement le temps de me coiffer lorsque je me rendais au travail et rare étaient ceux qui m'avait vue sans mon chignon serré habituel. Nic s'introduisit dans la salle de bain. Il caressa mon coup du bout des doigts, puis me présenta un bandeau en me lançant un sourire qui se voulait rassurant. « J'ai une surprise pour toi. » Je plissais légèrement les yeux. Si c'était pas sortir de sa zone de confort ! « Tu sais que j'ai horreur des surprises. » Je portais le bandeau devant mes yeux et je l'attachais rapidement. Il m'offrit son bras pour me guider et je m'appuyais sur lui en espérant qu'il m'avertisse si nous avions à descendre les escaliers. Cette expérience à l'aveugle ne dura pas longtemps. « Cette fois nous allons célébrer le nouvel an juste toi et moi. » Me chuchota-t-il en détachant le bandeau que j'avais devant les yeux. Deux manteaux blanc étaient couché sur mon lit. « J'ai déjà prévenu nos familles. Nous allons passé cette dernière nuit de festivité dans Central Park en compagnie de la Winter court. » Je forçais un sourire et j'étais consciente qu'il me connaissait depuis assez longtemps pour savoir que mon sourire n'était pas sincère. Je comprenais son besoin de vouloir crée des traditions juste à nous. Des traditions qu'il pourrait un jour transmettre à notre progéniture. Parce que oui ! Nous n'étions pas encore marié qu'il visualisait déjà quel chambre nous allions changer en nursery. J'avais déjà du mal à respirer sous la pression et le poids de ses attentes. « Tu as bien fait. » Tentais-je de le rassurer en caressant sa joue.

[...]

Nous étions arrivé avec du retard. J'avais toujours eu du mal avec les changements et à peine avais-je foulé l'herbe de Central Park que je sentais une boule de nervosité se former dans ma gorge. Nicholas m'avait présenté à une poignée de sorcier de l'hivers avec qui il travaillait en étroite collaboration. Ils étaient tous plus charmant les un que les autres. Détail, qui n'aida en rien ma nervosité. Je tentais de converser avec les épouses. Toute des sorcières au foyer bien occupé à élevé la prochaine génération de sorcier. Une conversation palpitante... Nic nous excusa et je me retenais pour le remercier de son intervention. Il nous fraya un chemin dans la foule en m'expliquant que le suprême de l'hiver venait d'arriver et qu'il tenait à le saluer. J'ignorais ce qui motivait mon futur époux à vouloir faire bonne impression ce soir, mais je commençais à me dire qu'il n'avait pas choisit cette cérémonie au hasard. J'avais un goût amers en bouche. Et s'il avait vue l'opportunité de se rapprocher de certaine personne dans le but d'obtenir une éventuelle promotion ? J'avalais de travers. J'allais avoir une sérieuse discussion avec lui lorsque nous serions de retour dans le quartier de l'automne. J'espérais pour lui qu'il ne m'avait pas fait manquer des traditions qui me tenait à coeur pour des fins personnelles. Il s'arrêta et se fit une place parmi les sorciers qui attendaient sagement leurs tour pour faire leurs salutation. L'endroit grouillait de serveur avec des plateaux d'alcool et d'amuse gueule. Je buvais très rarement puisque j'aimais garder mes idées claires en tout temps, mais cette fois j'allais faire une exception. J'avais besoin d'un calmant. Je regardais autour de moi et je faisais signe à un serveur d'approcher. À peine avais-je eu le temps d'attraper un verre que Nicholas m'attirait vers lui. Je prenais une grande inspiration. Je tournais lentement la tête et j'affichais un sourire resplendissant. Fait bonne impression. Me répétais-je. « Et voici ma future épouse, Bethshaa Hubbard. » J'inclinais respectueusement la tête. Mon regards s'accrocha à l'un des sorciers qui faisait partie de la garde rapproché du suprême. Je pouvais sentir mes joues se teinté et une douce chaleur monter le long de mon coup. Isabo. Nos chemins ne s'était jamais recroiser une fois qu'il avait été diplômé d'Astoria. J'avais eu une forte attirance pour lui pendant toute la duré de mes études magique, mais je n'avais jamais trouvé le courage de lui partager mes sentiments. L'année suivant sa remise de diplôme, j'avais accepté la demande de fiançailles de Nicholas. J'étais surprise de voir comment cette attirance n'avait pas disparut. Après l'avoir rapidement observé, je pouvais constaté qu'il avait bien vieilli. Le bras de mon fiancé se serre contre ma hanche. J'ignore si c'était une tentative de sa part pour me rappeler à l'ordre ou pour m'inciter à ouvrir la bouche. Je plantais mon regard dans celui du suprême de l'hivers. Il était jeune, mais je ne doutais pas sur ses capacité à diriger son coven. « C'est un plaisir de faire vôtre connaissance. Nous espérons que la nouvelle année vous soit favorable. » Lançais-je d'une voix douce.
Made by Neon Demon


Citation :
- Beth entre dans le Central Park au bras de son fiancé. Tout deux porte des manteaux blanc et sont vêtus des couleurs de leurs coven. Nicholas insiste pour saluer Cillian Beauregard, le suprême de l'hivers pour qui il semblait avoir énormément d'intérêt, alors qu'il passait près d'eux. Beth avait les yeux rivé sur un serveur qui se dirigeait dans sa direction avec un plateau débordant d'alcool. Elle a juste le temps de prendre un verre que Nicholas l'attire vers lui pour faire ses salutations. Beth croise le regard d'Isabo.

@Terence Blackwell, @Isabo Kierkegaard, @Cillian Beauregard, @Keridwen Zápolya & @Bethshaa Hubbard

_________________

HER HEART WAS HALF STONE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le Lun 4 Fév - 16:25
you got two black eyes
Terence Blackwell
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t881-terence-blackwell-under-pressure
image :
pseudo : Winter Soldier
credits : midnight blues (avatar)
Faceclaim : RDJ
Multifaces : Oscar Bartlett
Inscription : 20/12/2018
Messages : 123
timelapse : Quarante-huit années, piochées autrefois dans les bas quartiers de New York. Né un cinq septembre aussi froid qu'étrange. Dissipé sous les houles, naquit l'enfant prodige : celui qui, bien vite, destituerais les exigences d'un père et tuerais de chagrin une mère.
heart rate : Obscures idylles, l'homme trouve un charme certain à ses semblables ; secret qu'il cache de honte, alors qu'il ne devrait pas. Il se donne l'air d'un homme inatteignable pour les demoiselles au regard enchanteur, mais elle ne lui donnent aucun frisson. La réalité est toute autre, masquée sous un voile sordide de mensonges savamment tissés : ses lippes se régalent de parcourir l'épiderme d'autres hommes.
purpose : Estropié de mauvaise foi, l'homme s'occupe de dépoussiérer sa place à la Winter Court alors que sa réputation ternie lui colle aux basques : il rêve doucement, espère peut-être que c'est là la solde de son avenir.
magic scale : Niveau II.
powerplay : Froideur de l'hiver, il est capable de manipuler la température des liquides pour les glacer instantanément. Dangereuse magie qu'il apprend à maitriser mais qui requiert calme et réflexion, deux choses qui ne sont manifestement pas ancrées dans son cœur.
liability : 1 // L'âme en peine, perdition du soi dans l'alcool givrant les lèvres. Mal de vivre sous la poudre qu'il essuie d'un revers de manche. Calme olympien qui règne dans la pièce : il est seul face à ses démons. L'alcool et la drogue ont bercé ses nuits de noirceur et de démence à n'en plus savoir ce qui faisait le plus de dégâts. L'amour tue et lui il se tue à petit feu.

2 // Drame indicible, il sait pourtant ce que son corps renferme. Maladie qui coule dans ses veines, qui réapparait dans son esprit vagabond à chaque baiser qu'il échange. VIH diagnostiqué il y a déjà plusieurs années, il tait le mal qui le ronge sans pourtant l'oublier, l'anéantir. Honte inavouable d'avoir pris le risque pourtant connu, il ressasse ce sentiment destructeur avec une frénésie insatiable.

3 // Ses mains courent sur le clavier, effleurant les touches d'une délicatesse sans nom. Pianiste hors pair, il sait jouer n'importe quel air entendu un jour dans sa vie ; mémoire auditive infaillible, oreille parfaite. Il a besoin de la musique pour apaiser ses maux, elle sait calmer en lui ce que même la drogue ou l'alcool ne peut combler.

4 // Scandale au bout des lèvres, l'extravagance de l'homme se révèle quand il se faufile dans l'ombre des bars gays de la ville. Il laisse de côté son apparence trop sobre pour démentir toute gêne dans un milieu où il n'a nul raison de se sentir discriminé. Il y trouvera l'amant d'un soir, celui qui, au goût d'excentricité, complaira son amour sous des draps de soie. Il estime que les passions aussi vibrantes que celles-là se doivent de rester secrètes ; grandiose tableau caché au reste du monde quand il tait son ignominie sous un masque de plâtre.

5 // Trouble compulsif, ses mains s'arrêtent rarement. Elles s'agitent dans ce geste si particulier que fait son poignet, trahissant son angoisse dans un singulier mouvement. Il ne le contrôle pas, ce sont ses mains qui bougent et qui font partie de cette attitude excessive qui l'accompagne ; l'on décèle sous ces gestes la personnalité troublée d'un homme, la forme qui se donne au fond de tristesse mélancolique. Ça le gêne profondément, passer inaperçu avec ce tic est d'une importance capitale pour lui. Aussi déteste-il les événements public ou les anciennes réunions familiales. C'est un homme qui a peu d'aise en public.

warning sign :

Winter Court
Frozen to the bones

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -


My greatest love interest
has not yet run its course

Black Dimes : 908
WINTER COURT
WINTER COURT

The ritual of the last moon

Isabo, Cillian, Bethshaa, Keridwen, Mojave & Terence

 
De toutes les idées que tu avais eues, t'entretenir avec un suprême de ton coven avait été l'une des dernières à traverser ton esprit. Pour ta défense, tu avais eu assez peu de temps pour te consacrer à ta renaissance, ces derniers temps. Phénix aussi terne qu'une flaque de boue, ton passé colle sous tes plumes la lourdeur d'une honte et d'une trahison que tu n'assumes pas. Tu sais pourtant qu'il te faut te relever, que tu as laissé trop d'années filer en douce avant de sentir cet électrochoc pétrifier tes veines : le temps passe, et toi avec lui. Pourras-tu seulement rattraper ce que tu as perdu, en t'y prenant aussi tardivement ?

Tu t'es dit, il y a peu, que rencontrer ceux qui dirigent la Winter Court pourrait être une initiative intéressante. La requête que tu désires leur poser n'est qu'une illusion pour toi. Au fond, tu fais le sacrifice de ton être pour réintégrer ce moule qu'on te force à accepter depuis ton enfance. Cependant, le Rituel de la Dernière Lune t'offre une occasion trop belle pour que tu oses l'ignorer, et tu as décidé il y a quelques jours que c'était cette nuit-là, au soir du trente-et-un décembre, que tu irais porter ta demande à la connaissance de ceux qui régissent ton court.

Pour l'occasion, tu te pares d'un élégant costume trois pièces, fait d'un tissu blanc d'excellente facture. Tu peux te permettre ce genre de cadeaux, toi qui, malgré l'argent, n'a su trouver ton bonheur. Tu observes ton reflet dans une vitrine alors que tu te diriges vers Central Park, lieu où se tiendront les festivités que tu appréhendes un peu. Après tout, ton apparition en public parmi les membres de la Winter Court ne se fait pas toujours désirer.. Tu espères que ton pater a mieux à faire que glorifier les Two Black Eyes, tandis que tu songes à réclamer une sorte de glorification de ta propre existence. Étrange, non, d'y penser ainsi ? Pourtant, d'une certaine manière, tu as tellement honte de ce que tu es devenu que l'idée même de venir troubler la quiétude des suprêmes te semble être un affreux outrage.

Tes chaussures ivoire foulent le sol du parc où tu rejoins enfin la foule, te fondant dans la masse opaline. Tes pas laissent vaguement entendre le craquement de la couche nivéenne sous ton poids, et tu te sens étrangement à l’aise. Tu passes presque inaperçu au milieu de tes pairs, personne ne semble lever le regard sur toi alors que tu te frayes un chemin entre les corps, à la recherche d'une silhouette que tu as rarement eu le loisir d'observer. Tu ères un instant avant de repérer, parmi les mondains, le visage si particulier du jumeau Beauregard (@Cillian Beauregard). Tes prunelles s'arrêtent un instant sur son minois, tu observes, presque inquisiteur mais discret, pour t'assurer que c'est bien lui que tu reconnais. Son visage te laisse un doute, après tout, tu ne l'as pas vu tant de fois que cela. La jeunesse de ses traits, la fraicheur de sa peau remonte des souvenirs de ta propre enfance, alors que tu comprends que, si tu avais suivi sagement les préceptes de ton père, tu aurais une vie au moins aussi accomplie à son jeune âge, et encore plus au tien.

Tu le reconnais surtout parce qu'à ses côtés, tu aperçois un soldat (@Isabo Kierkegaard) qui semble lui coller au corps tel une ombre. Une arme précieuse pour le jeune suprême, tu devines qu'il ne laissera nul autre toucher à un cheveu de la personne dont il est responsable. Toutefois, tu remarques avec amusement que, si ce garde du corps est vêtu tout de blanc, il arbore des souliers aussi sombres que le ciel qui vous surplombe. Tu  esquisses un sourire et tu t'avances vers eux, lentement, pour ne pas éveiller de mauvais soupçons auprès de ce garde que tu ne connais pas encore. Lorsque tu arrives enfin au niveau du suprême, avant même de ne pouvoir te présenter comme le rejeton Blackwell, tes mirettes se figent sur une chevelure qui te semble étrangement familière (@Bethshaa Hubbard). Une femme dont la peau tranche sur le paysage lilial qui s'est dessiné ici, et qui arbore une robe cuivrée dessinant parfaitement des courbes que tu devines, et qui te laissent de glace. Tu penses la reconnaître, mémoire d'une nuit lointaine où elle a du croiser ton chemin pour on ne sait quelle raison. Cela ne t'évoque rien de plus, non, vraiment. Pour le moment, en tout cas.. Car tu as le sentiment qu'elle pourrait avoir quelques méfiances à ton égard, ou un sentiment qui ne soit pas tout à fait neutre.

Alors, tu fais un dernier pas en avant, et quand finalement tu captes l'attention de Cillian, tu te présentes. « Monsieur Beauregard, j'espérais justement vous rencontrer ici.. Terence Blackwell. » Ta voix est bien plus assurée que tu ne l'aurais pensé, tu veux donner l'impression de quelqu'un qui a du mérite, même si au fond, ce n'est qu'une façade. Tes lèvres se pincent en attendant la réaction de tes pairs, tu angoisses, la boule au ventre et un nœud dans la gorge. Avec tout cela, tu n'as même pas lorgné sur les apéritifs qu'on te propose pourtant à la pelle ; ce soir, tu veux montrer le meilleur de toi-même.
 
Winter Soldier


Citation :
@Keridwen Zápolya & @Mojave E. Barnes

Terence arrive à Central Park, dans le but de s'entretenir avec les suprêmes de l'hiver pour s'engager en tant que soldat et retrouver une place convenable au sein de la Winter pour un Blackwell. Il aperçoit Cillian et Isabo, s'approche et se présente, alors qu'il fait aussi face à Bethshaa.

_________________

présent
1 à 2 rp / semaine env.
Je recherche des liens par ici !
Too late, my time has come
Sends shivers down my spine
Body's aching all the time
Goodbye everybody I've got to go
Gotta leave you all behind and face the truth
Mama, oh oh (anyway the wind blows)
I don't want to die
Sometimes wish I'd never been born at all
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le Dim 10 Fév - 17:02
you got two black eyes
Cillian Beauregard
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t466-cillian-nothing-burns-like-the-cold http://twoblackeyes.forumactif.com/t1030-cillian-viens-dans-mes-
image :
pseudo : DIES.IRΛE
credits : ©Merenwen ma wife
Faceclaim : Troye Sivan
Inscription : 08/12/2018
Messages : 132
true color : #a2d5de
timelapse : Un 8 décembre. Vingt-trois hivers à subsister. Sept années à régner. A peine quelques mois à se sentir désiré. Suprême à contrecœur et orphelin avant l’heure. Incapable de se pardonner de ne pas avoir pu les sauver. Une vie entière, à brasser des regrets.
heart rate : Enamouré, il ronge son frein derrière des regards hautains, dans l’espoir sans doute vain que le jeu touche à sa fin. D’une succession de regards se voulant anodins, le brasier de l'automne a fini par le déposséder de tous ses moyens. Une obsession décuplée par l’interdit. Entre répulsion et addiction.
purpose : Suprême de la Winter Court, les doigts affectueusement entrelacés à ceux de sa moitié. Il a été sacré sous un déluge d'applaudissements amers à l’issu de son seizième anniversaire. Position à lourde responsabilité qui aurait tout pour être enviée sur le papier, mais dont la réalité en rebuterait plus de la moitié.
magic scale : Suprême de niveau 4. Cillian aime à croire que sa magie atteindra bientôt la virtuosité de celle de ses aïeux. Une maîtrise de la glace qui se veut chirurgicale et qui témoigne de ses nombreux sacrifices pour parvenir à un tel degré de maîtrise. Des efforts ne se comptant plus en heures, ni en années, mais découlant de l’investissement de toute une vie. Discipline et rigueur sont ses maîtres-mots. Pas une journée ne s’écoule sans que sa magie ne soit stimulée loin des regards indiscrets. Dans des endroits confinés, dédiées à l’étude même de ses nombreux sortilèges et sous la supervision concernée d’un sorcier qualifié.
powerplay : Sa glace, Cillian la maîtrise sous toutes ses formes. Elite de la société sorcière, il a eu accès à des grimoires renfermant des puissances oubliées. Bagages d’une autre ère, grâce auxquels il a vu son contrôle se préciser. Détenteur d’un savoir qui suit étroitement les conventions de son coven, il se voit notamment apte à solidifier de l’intérieur le corps d’un homme. A figer des articulations, pour mieux contraindre les insolents à baisser l‘échine devant une puissance qui dépasse leur entendement. Des magies coûteuses, qui ne se privent pas de consumer l’essence vitale de leur lanceur, conscient ou non, du prix à payer pour acquérir pareille grandeur.
loyalty : Sans peur, ni pleurs. Seulement animé par un besoin de préserver les siens, il se prête entier au rôle dans lequel on l’a placé afin de faire perdurer l'ascendant sorcier.
Black Dimes : 947
WINTER COURT
WINTER COURT



THE RITUAL OF THE LAST MOON ☽
(( e v e n t )) I can do this, I thought. Then : and even if I can’t, I have to
@Mojave E. Barnes @Isabo Kierkegaard, @Keridwen Zápolya, @Bethshaa Hubbard, @Terence Blackwell @Mason Browns
Partagé entre fébrilité et appréhension, ses doigts ornés d’anneaux argentés s’étaient mis à taponner nerveusement sur l’écran tactile de son téléphone. Un ultime message d’appel à l’aide adressé à sa sœur absente. Cri d’agonie étouffé par des sanglots eux-mêmes ravalés. Des mots qu’il ne parvenait pas à formuler correctement, la suppliant de revenir assister au rituel avec lui. Devenant un peu plus brouillon à mesure qu’il tentait de repartir de zéro, jusqu'à abandonner totalement l'idée d'obtenir quelconque soutien. Lui souhaitant simplement de passer une agréable soirée, en faisant bien attention à elle et encore plus aux autres. La présence de sa jumelle avait toujours été nécessaire à sa bonne réussite. Sans elle, il n’était rien. Plus d’une fois, cette vérité avait été prouvée. Quand ils n’étaient pas ensemble pour veiller l’un sur l’autre, un malheur finissait toujours par s’abattre sur l’un d’entre eux. Comme cette fois où Cillian avait failli à son devoir et que sa sœur s’était laissé consumer par ses démons, provoquant la mort d’un homme, aujourd’hui devenu fardeau commun sur leurs frêles épaules.

Alors en sept ans de parfaite souveraineté partagée, Cillian serait ce soir livré à lui-même pour s’assurer du bon déroulement du rituel de la Dernière Lune. Une décision qu'il regrettait amèrement à présent seul, les yeux piqués par la détresse, face à un miroir qui le renvoyait à un reflet de sa condition qui l’avait toujours inconsciemment attristé. Des traits d’une innocence juvénile, qui lui conférait une apparence propre aux anges et qu’il jugeait pourtant bien trop lisse pour quelqu'un comme lui, qui avait déjà commis tant d'erreurs. Expression faciale que l’on soupçonnait être mensongère, sans pour autant en avoir la parfaite conviction, aujourd’hui passé maître dans l’art de manier les faux-semblants. Un dernier effleurement douloureux le long de sa cicatrice, balafre disgracieuse sur son torse et bientôt le suprême serait de nouveau prêt à supporter le poids de sa couronne. Non pas par envie, mais bien par devoir.

[...]

« Le blanc vous sied à merveille Isabo » — compliment sincère, que le jeune suprême aurait finalement préféré garder scellé derrière ses lippes pincées. A la vue de ses chaussures ébènes, ses sourcils s’étaient progressivement froncés sous la contrariété. Bien qu’élégantes et sans doute très confortables, ces dernières n’étaient définitivement pas les bienvenues. D’un geste las, sa main gauche se leva pour solliciter l’attention d’un autre soldat en charge de la sécurité de sa tour d’Ivoire. « Warren, prêtez-lui vos chaussures je vous prie » — Une phrase qui gronde sévèrement à travers la cavité rocailleuse de sa gorge encore étriquée par le chagrin qu’il avait traversé un peu plus tôt. Un ordre, qui ne souffrirait d’aucune contestation. Injustice pour certains, punition pour d’autres, irresponsabilité pour lui. Rien qui ne pourrait aboutir à un compromis. Et si la pointure ne conviendrait pas au pied du soldat dissident, la leçon n’en serait que meilleure. Après tout, pourquoi Cillian devrait-il être le seul à étouffer dans sa tenue princière ? Isabo ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Les règles étaient faites pour être respectées. Les suprêmes, élus pour les faire appliquer. L’insubordination n’avait pas sa place parmis les soldats de l’Hiver. Sa soeur n’aurait pas fait preuve d’autant de clémence. Mais l’affection silencieuse que Cillian portait à l’égard du Kierkegaard était loin d’être illusoire. Depuis son adolescence, l’éphèbe aux boucles nacrés se sentait redevable. Sentiment, qui l’obligeait  constamment à se montrer trop indulgent. Les laissant procéder entre eux à l’échange de leurs souliers, Cillian prit l’initiative de descendre seul, les dernières marches de sa demeure en direction de Central Park.

[...]

La beauté des lieux fut tel un pansement salvateur sur son myocarde étriqué par la mélancolie. La douceur des bougies suspendues magiquement dans les airs et flottant paisiblement au gré d’une douce brise hivernale eut raison de ses dernières appréhensions. Sa place n’était nulle autre part qu’ici. Un port de tête comme à son habitude impérial, il fut enfin à même de remplir son rôle de dirigeant. Serrer des mains à ne plus pouvoir les compter. Complimenter ses convives à s’en ankyloser la langue… Voilà à quoi sa soirée allait se résumer. Il pouvait y arriver - une phrase qui se faisait écho dans son esprit inquiet. Tout allait bien se passer, même si sa sœur n’était pas à ses côtés pour le rassurer.

C’est un homme du nom de Nicholas qui vint se présenter à lui. Anxieux, mais empreint d’un réel désir de s’attirer ses faveurs. Nul jugement n’était perceptible au fond des prunelles polaires de Cillian, écoutant silencieusement ses dires, un visage bienveillant quoique inspirant l'inaccessibilité. Ce n’est que lorsque son regard opalin capta la lueur d'intérêt de sa compagne au teint basané à l’égard de son garde du corps, que Cillian songea à écourter l'échange. Une complicité entre les deux individus de l’ordre de la fraction de seconde, qu’il prit soin de ne pas relever pour autant. « Je vois » — fut donc sa seule intervention monocorde. Les banalités échangées en toute cordialité, c’est d’un geste lent de la main qu’il invita la jeune femme à déposer sa main libre au creux de sa propre paume tendue dans sa direction. « Le plaisir est partagé Miss Hubbard. Un nom, qui ne m’est pas totalement étranger » — Aveux sans détour, agrémenté d’un sourire peut-être un peu plus étiré qu’il ne l’avait été pour son futur époux. Une fois sienne, sa deuxième main vint se placer sur celle de la demoiselle, enfermant ses doigts dans un cocon glacé qu’il savait parfaitement désagréable pour ces sorciers ardent de l’Automne, frileux dès lors que les températures se mettaient à avoisiner les cinquante Fahrenheit. Givre brûlante sur son épiderme doré l’espace d’un bref instant, bien vite remplacé par une douce sensation de chaleur prête à confesser au receveur une immunité au froid durant les prochaines heures à venir. Libérant aussi naturellement sa main qu’il se l’était un peu plus tôt approprié, le suprême à la pâleur attractive redevint parfaite statue de glace. Les deux mains à nouveau jointes devant son bassin, il clôtura pour de bon cet échange afin de laisser place aux suivants : « L’Hiver n’aura de cesse d’être honoré par la présence de ses alliés de l’Automne. Je vous en prie, sentez-vous libre de profiter pleinement des festivités. Que les Two Black Eyes veillent sur vous et votre futur union » — Hochement de tête convenu et regard s'évadant quasi instantanément vers des rêveries puériles. Bien vite rappelé à l’ordre par une nouvelle voix assurée s’annonçant à lui, Terence Blackwell. « Je sais qui vous êtes » — Introduction qui pourrait déstabiliser, venant d'un suprême au visage figé dans le marbre. Libre à lui d'interprêter ses premices comme bon il l'entendait. Reproches ou flatteries, Terence devait être le seul à pouvoir le deviner. « Votre présence devrait ravir votre père, lui qui n’espérait plus vous voir un jour assister aux mondanités de notre coven » — sourire feutré, rapidement atténué par l'intervention d'un de ses soldats, lui rappelant l'heure du rituel d'un murmure à son oreille. Nouveau moment d'égarement durant lequel ses prunelles s'étaient évadées sur l'assemblée jusqu'à s'accrocher sur une blonde en particulier. Dont le visage lui rappelait étrangement celui de Keridwen, sans en avoir la parfaite certitude tant sa chevelure dorée détonnait de l'image qu'il avait en mémoire de cette brune de l'Automne.

« Si vous voulez bien m'excuser. Le rituel est sur le point de débuter. Je me ferai une joie de reprendre cette discussion avec vous plus tard dans la soirée. Puissent les Divins vous accorder leur clémence. » — léger hochement de tête à l'égard du principal concerné avant de s'éloigner de la foule aux côtés de ses soldats. Prêt à entamer le rituel de la Dernière Lune et livrer sa Glace aux Astres dès lors que les cinq premiers coups de minuit retentiront à travers tout Central Park. Paupières closes et paumes ouvertes en offrande vers l'immense voile étoilé au dessus d'eux, Cillian laisse la puissance de ses aïeux inonder les lieux via des sortilèges coûteux.

code by bat'phanie

Citation :
Cillian ordonne à Isabo de changer de chaussures pour celles d'un autre soldat du nom de Warren. Une fois à Central Park il salue les sorciers déjà présents et serre de nombreuses mains avant de faire la rencontre de Nicholas et Bethshaa. Il gratifie cette dernière d'un sort d'immunité au froid pour service rendu en tant que soldat de l'Automne puis entame une courte discussion avec Terence avant de s'excuser auprès de ses invités pour débuter le Rituel de la Dernière Lune.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le Mar 12 Fév - 22:22
you got two black eyes
Mojave E. Barnes
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t516-when-the-battle-s-lost-and-won-mojave http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
pseudo : Phoebus
credits : Ava : Phoebus / Sign EXORDIUM.
Faceclaim : Jude Law
Multifaces : Elon Jóhannsson
Inscription : 10/12/2018
Messages : 89
timelapse : 46 Ans ; Tu es né un 29 Décembre. Enfant de l'hiver sous tout ses états tu as vu passer bien des épreuves.
heart rate : Veuf depuis maintenant cinq ans, ton coeur est gelé comme l'est ton regard. Il n'y a plus rien dans ta vie, plus personne sous ton toit où le silence est de mise quand le piano n'est pas là pour le transpercer.
purpose : Tu es Gardien du Savoir, plus exactement, tu es spécialiser dans les archives des trésors que renferme le savoir du coven de l'hiver. Tout ces documents que tu as lu, tu les connais par coeur. Mémoire eidétique, tu te souviens de tout ce que tu vois ou lis. Fardeau ou don, tu ne saurais le dire.
magic scale : Niveau III. Quoique tu estimes la magie comme un constant apprentissage, tu sais maîtriser ton don et les sortilèges aussi facilement qu'un chef d'orchestre devant ses musiciens.
powerplay : Refroidissement Éolien. Tu as le contrôles des vents glacés, de la bise au blizzard. Tu maîtrises la pression atmosphérique hivernale pour créer autour de toi un paysage d'hiver calme ou encore une trombe de neige...
loyalty : Depuis toujours tu foules les pavés froid de Lower Manhattan, tu vis au sein et pour le Coven. Ta place d'archiviste est importante et tu en as conscience, aussi es tu particulièrement dévoué à ta tâche et aux tiens.
Cependant, derrière un masque de marbre glacé, ton esprit est ouvert... Il est facile de poser des idées reçues sur ton être mais attention à ne pas te juger trop vite.

warning sign :

Winter Court
Whence is that knocking?
How is ’t with me when every noise appals me?
What hands are here? Ha! They pluck out mine eyes.
60Will all great Neptune’s ocean wash this blood
Clean from my hand? No, this my hand will rather
The multitudinous seas incarnadine,
Making the green one red.


Black Dimes : 928
WINTER COURT
WINTER COURT

The ritual of the last moon


Il y a quelques temps désormais que tu n'as mis les pieds aux festivités de ton propre coven, prétextant sans cesse un travail trop prenant, un oubli... Tu n'as jamais eus aucune raison de ne pas venir et pourtant tu n'avais assisté aux festivités qu'à l'abri de tes appartements de verre, un ambré à la main et tes démons en guise d'invités. Assis sur le piano d'ivoire, les notes résonnent à mesure que le temps passe, les touches sont honnêtes et il est d'évidence que tes mains jadis habiles ont perdues de leur prestige. Aujourd'hui encore tu comptais leur faire faux bond, oublier qu'il y a quelques années encore les festivités étaient synonymes de joie.
Tu vides le verre ambré, le reposant avec attention sur le sous-verre protégeant la laque du piano alors que tu te rends en direction de ta chambre. Il y aura peut-être fallut le courage qu'offre quelques verres d'alcool pour te décider à laisser le passé où il est, aller de l'avant juste pour ce soir.

et c'est vêtu d'un frac d'un blanc immaculé que tu descends dans les rues, chapeau vissé sur la tête comme pour te confondre parmi les flocons que ton corps laisse tomber derrière toi, apparemment peu atteint par la brise discrète que ton pouvoir laisse flotter autour de toi en permanence. Tu te mêles aux sorciers, un parmi tant d'autres... Les jardins ont quelques chose de féérique en cette saison et tu ne peux qu'admirer ces derniers alors que tu y entres enfin, lieux d'habitude silencieux et reposant, ils regroupent aujourd'hui un nombre non négligeable d'invités, la plupart sont certainement de votre coven mais d'autres venus d'ailleurs doivent se sentir bien étrangers dans cette étrange coutume que vous avez de vous vêtir à l'image de la neige. Un fin sourire se glisse sur ton visage alors que tu parcoures les minois de ces gens qui t'entourent, tentant comme un enfant de reconnaître ceux qui n'ont de toute évidence pas grande envie d'être ici, comme ce jeune sorcier accompagnant sa famille qui derrière ses grands yeux bleus semble particulièrement en colère... Tu détournes le regard et les pas quand il semble capter ton attention, disparaissant au coeur des autres sorciers ; Être adulte n'auras jamais fait que renforcer cette âme joueuse. Encore faut-il que tu ne t'évertues pas à la faire disparaître.

Il y a quelques années tu aurais certainement reconnu mille visages mais aujourd'hui tous te semblent inconnus, muré dans les étages de la bibliothèque tu sembles parfois oublier qu'il existe tout un monde hors des souvenirs et des mémoires. Tu fronces les sourcils lorsque ton regard s'immobilise sur les boucles brunes et les grands yeux sombres du fils Blackwell. L'espace d'une seconde tu te dis que tu devrais définitivement retourner voir Caelum, lui dire que ses cartes n'avaient pas senties et que ses prophéties quelque soit l'entourloupe, avaient fonctionné plus que de raison... Cependant l'idée s'avorte aussitôt reconnais-tu le visage du Suprême de l'Hiver, seul quoiqu'accompagné de sa garde personnel. Et quoique tu aies toujours été en bon terme avec la famille Beauregard, allier Terence à cette dernière ne semblait pas aux goût du jour la dernière fois que tu as vu ce dernier... Mais que pourrais tu dire? Tu ne sais rien de ce qui a pu se passer au coeur de ces vingt dernières années, après tout...
Baissant le regard pour laisser passer le Suprême tu te rapproches de l'héritier Blackwell, comme si tu en avais le droit ou le devoir.
« Je ne savais pas que tu étais dans les papiers du Suprême? » Tu te veux joueur mais les soupçons s'entendent de très loin lorsqu'ils sont teintés de sarcasme. L'apparence tranche avec la fourrure qu'il portait et aujourd'hui il semble avoir du retard sur les verres de whisky que tu as vidé avant de venir. Malgré ton regard lourd de sens, tu ne peux pourtant qu'esquisser un sourire en coin et un regard vers ses boucles brunes.  « Joli costume. »
Si le rituel commence bien rapidement, il a pour toi le goût amer d'une vieille toile que personne ne prends la peine de soigner. Sortilèges impressionnants et spectacle d'apparat aux deux grands yeux noirs...
Tu n'as jamais eu ta place dans les mondanités, après tout.


“He must have known I'd want to leave you."
"No, he must have known you would always want to come back.”
(beerus)


Spoiler:
 

_________________
I'm sorry that I did this
THE BLOOD IS ON MY HANDS
Would you love me more
If I killed someone for you

Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le Mar 19 Fév - 17:27
you got two black eyes
Isabo Kierkegaard
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t993p25-we-always-have-a-choice-isabo http://twoblackeyes.forumactif.com/t1037-anyway-the-wind-blows-i
image :
pseudo : MYERS.
credits : Merenwen ♥ (avatar)
Faceclaim : Chris Evans
Inscription : 26/12/2018
Messages : 147
timelapse : Déjà 34 ans, mais il le vit plutôt bien
heart rate : Célibataire et très bien comme ça
purpose : Spécialiste en bombes magiques, dans les rangs des soldats de l'hiver
magic scale : Niveau 2
powerplay : Contrôle du froid.
loyalty : Il a tout fait pour avoir sa place chez l'hiver, une place qu'on a toujours douté qu'il avait. Il est donc bien fidèle à son coven, ou alors il essaye de l'être, passant quand même beaucoup de temps à l'Upper West Side...
Black Dimes : 854
WINTER COURT
WINTER COURT

✵ * · .  THE RITUAL OF THE LAST MOON
Je n’aurais jamais cru que si peu pouvait faire de si grandes rafales de glace venant de mon suprême. Visiblement, mes chaussures sombres ne lui avaient pas du tout plu, même si ce choix était tout à fait réfléchi. Cette réflexion, cela dit, je pouvais bien me la mettre où je le pensais, puisque monsieur n’était pas du tout d’humeur à m’entendre lui expliquer le pourquoi du comment, ça se voyait aisément. Il avait ces humeurs et lorsque c’était le cas, valait mieux ne rien dire qui pourrait éventuellement le froisser et il fallait, encore moins, contredire un ordre, même si celui-ci était, à mon avis, peu raisonné. Alors sans dire un mot, j’échange mes souliers avec mon collègue comme demandé. Ceux-ci étaient un peu trop grands et, bien entendu, n’avaient pas de très bonnes semelles, mais que voulez-vous. Ce jeune homme qui avait déjà beaucoup trop de responsabilités sur les épaules et de pouvoir entre les mains, ne pouvait qu’apprendre de ses erreurs, puisque, contrairement à moi lorsque j’étais plus jeune, il n’avait personne comme figure d’autorité, de sagesse et d’expérience à la fois suffisamment bien placé pour que celui-ci puisse lui dire ce qu’il ne voulait pas entendre, mais qui était nécessaire d’entendre un jour ou l’autre. Alors c’était forcément à travers ses propres expériences qu’il apprendrait, du moins, je l’espérais. Heureusement qu’il était, parfois, d’assez bonne humeur pour qu’on puisse, ici et là, lui souffler quelques conseils avisés.

Hormis des pieds très mal chaussés, je fais mon travail comme il se doit. Les mondanités plus qu’ennuyantes je les entendais sans valser d’un côté ou d’un autre, bien droit, et les yeux balayant la foule sans arrêt, surveillant les regards, les gestes qui pourraient être déplacés ou alarmants. Pour l’instant, tout se passait plutôt bien, et le suprême hivernal serrait des mains, saluait, échangeait des politesses. Quelques courageux sorciers s’étaient avancés en espérant être gratifiés du jeune homme glacial, et un d’entre eux attira mon attention, plus que les autres, puisqu’il avait à son bras la charmante sorcière de l’automne qui, dans mon jeune temps, avait su par sa chaleur si contradictoire faire fondre cette dure carapace qui ne cessait pas de grandir et d’être, par conséquent, de plus en plus infranchissable. Je ne suis pas du tout surpris d’entendre les mots future épouse puisque j’avais appris, plutôt durement, que celle-ci c’était fiancé aussitôt que j’avais été diplômé d’Astoria. La seule chose qui me surprenait, c’était le fait qu’ils n’étaient pas encore mariés, même après toutes ses années. Dans tous les cas, c’est peut-être pourquoi je me sens un peu moins coupable de n’être toujours pas indifférent face à cette chaleur que je pouvais sentir en vague même jusqu’où je me tenais, plus en retrait. Je tente tout de même que celle-ci ne soit pas source de distraction et c’est pourquoi, rapidement, je me désintéresse de cet échange, ayant un rôle beaucoup trop important ce soir pour que je me permette d’être autre chose qu’un soldat.

Peu de temps après, le jumeau Beauregard attire l’attention de tous et chacun, appel au silence afin que le rituel puisse prendre place. L’heure était arrivée. Tous mes sens en alerte, je suis plus qu’attentif à tous faits et gestes et je m’assure que le reste de la garde rapprochée ainsi que ceux au sol soient prêts à toute éventualité.

Citation :
Isabo change ses souliers suite à l'ordre de Cillian malgré qu'il a une autre opinion que lui. Ceux-ci sont trop grands et peu accommodables si le blond à besoin de courir pour une X raison. Une fois à Central Park, il reste très concentré sur son travail qui consiste en la protection du suprême de son covent malgré le fait qu'un coup de coeur de sa jeunesse, qu'il n'avait pas vu depuis longtemps, se présente devant le suprême au bras de son fiancé.

@Cillian Beauregard, @Keridwen Zápolya, @Bethshaa Hubbard, @Terence Blackwell, @Mojave E. Barnes

_________________
all alone by the wait side
Black eyes open wide, It's time to testify, There's no room for life, and everyone's waiting for you. Everyone's looking at you.
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (event) the ritual of the last moon      #☾.      posté le
Contenu sponsorisé
you got two black eyes

Revenir en haut Aller en bas
 
(event) the ritual of the last moon
Page 1 sur 1
two black eyes
Revenir en haut 

. ✵ * · . . TWO BLACK EYES ☽ :: 
new york
 :: 
Zone 4
+
 Sujets similaires
-
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» armée bad moon
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn
» Rapport Bad Moon versus KO, comme promis
» Event 5 : Ecriture & Dessin


Sauter vers: