(fb) you know i'd rather drown than to go on without you

whatever happens, we are deathless
Aller en bas 
 
MessageSujet(fb) you know i'd rather drown than to go on without you      #☾.      posté le Lun 11 Fév - 13:37
you got two black eyes
Victoire de Valois
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t317-heart-made-of-glass-mind-of-stone http://twoblackeyes.forumactif.com/t488-her-skins-was-made-of-sc http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image : (fb) you know i'd rather drown than to go on without you Tumblr_pgk2huHqp21s6sttzo2_250
pseudo : iron queen (mogo)
credits : BONNIE
Faceclaim : charleen weiss
Multifaces : the devilish nysa
Inscription : 08/12/2018
Messages : 262
timelapse : nineteen y.o.
heart rate : single and so not ready to mingle
purpose : engineer
magic scale : level two
powerplay : freeze kiss, always stay fresh
loyalty : loyal as fuck to her supremes. her new family.
action cards : none
object cards : two
mystery cards : none
random cards : none
Black Dimes : 1067
Staff
Staff

(fb) you know i'd rather drown than to go on without you Empty
* . 

 ✫  ˚ i
*  ·   ✧ -    .
want
    +.
you
         ·✷  

       ⊹  .   ˚   

foyer, sainte tentative de correspondre à un idéal prédéfini pour n’y laisser qu’une plaie béante sur un myocarde en berne. désir intégrateur de se retrouver parmi les flocons, souhait cauchemardesque s’immolant dans le bûcher du passé. santé mentale perdue devant le meurtre de son père. meurtre. mort fort de sens pour un traitre condamné par son propre coven. ambition démesurée n’offrant que le jugement dernier. avarice sans nom rongeant la cour du jour. astre solaire signant l’arrêté final sur le sort d’un clan. océan s’immergeant dans les liens que le carmin renfermait. isolement des membres pour ne laisser que le vestige de grandeur face à un nom sali par les accusations. oubli du jeune âge s’emparant de la poupée d’ivoire, ruines d’une confiance trop aisément accordée. manque s’immisçant dans le royaume des songes alors que le vol de l’enfant s’arrêtait pour une chute imperturbable. respiration saccadée, perles salées sur son front, panique cristallisant l’enfant pour ne laisser qu’un vulgaire être de chair. sacralité perdue au profit du clan ennemi, ils n’étaient plus que vermine dans les bas fonds de la métropole sorcière. terrible sort évité de peu grâce à l’ingéniosité du patriarche. dernière salvation pour celle n’ayant connu que la sécurité de leur domaine familiale. cité en perdition devant la décadence du jour pour ne laisser que l’austérité de la justice. tête tombant comme une orange sur une échoppe. agonie sur la place publique alors que l’enfant assistait au dernier adieu paternel. iris incapable de se tourner du funeste sort de son dieu terrestre. figure du père trouvant réconfort dans la froideur d’une mère. rassurant héros trouvant du temps pour son dernier enfant. prophétie dont il semblait faire fi alors qu’il la sacre princesse de sa propre cours imaginaire. vaine idylle de s’enfermer dans le royaume des songes où les rires d’enfants se mêlaient à ceux de son astre solaire. présence solaire réchauffant son existence. absence n’offrant que désespoir dans un environnement glacé. échappatoire tout trouvé du cours de violon, tignasse châtain déambulant dans le quartier des flocons à destination de la fontaine de glace. intolérance sorcière devenant monument face à la soumission humaine. vestige historique contraire aux principes de l’enfant et pourtant soulagement sans précédents d’éviter de se mêler aux déchus de la race sorcière. étui à violon contre les pavés de l’hiver, archet dans sa frêle main d’enfant. comptine d’antan s’échappant des cordes. sonates aux allures de valse, roi bordant son héritière avec la boîte à musique ancestrale. tentative avortée d’emporter son bien hors de la portée de ses bourreaux, propriété matérielle lésée par les adultes. silence craquant dans le lieu mémoriel. apogée de la journée trouvant des tâches pour le coven entier alors que l’enfant s’immolait dans une solitude éternelle. images fracassantes d’une fratrie pigmentant son esprit pour ne laisser que l’amer sensation d’avoir été puni par la distance. enfant sauvage ne devenant que le manifeste physique de la déchéance de valois, clan anéanti par sa simple naissance. gamine précipitant son unique frère dans les crocs du monstre dont on l’avait averti. père perdant sa vie pour protéger ses héritiers. austérité de la décision du jour. haine vorace lui arrachant le myocarde alors que le bannissement n’était qu’éphémère. vision d’un songe où l’astre solaire prenait place sur son trône d’or pour enchaîner leurs bourreaux au destin tragique qu’avait pu connaître leur roi. armand. notes filant dans l’intimité de l’hiver, son déversant un unique nom alors que le myocarde le criait chaque nuit. dualité brisé par les conventions.

@armand de valois


_________________

--- and suddenly
i was there, in a life i've always wanted. old money
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (fb) you know i'd rather drown than to go on without you      #☾.      posté le Lun 11 Fév - 19:40
you got two black eyes
Armand de Valois
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t307-i-ll-raise-you-like-a-phoenix-armand http://twoblackeyes.forumactif.com/t755-armand-king-of-chaos http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image : (fb) you know i'd rather drown than to go on without you Tumblr_oodk71CYaQ1vs4ghto1_250
pseudo : laufeyson., tia.
credits : avatar by delreys, gif by anne bb (vesmand) and tumblr..
Faceclaim : max irons.
Multifaces : damon vasco, priam saab & kera hyūga.
Inscription : 08/12/2018
Messages : 584
true color : #55aca1
timelapse : vingt-huit années écoulées dans le sablier du temps.
heart rate : à jamais libre.
purpose : trafiquant, potioniste.
magic scale : niveau un, sûrement pas loin du deux, vu sa maîtrise presque parfaite de son don et son excellence en potions. mais il est incapable de lancer n'importe quel autre sort, même basique, et encore moins un rituel.
powerplay : le vol, pour caresser les nuages et faire léviter les pierres.
liability : ancien de la day, il a gardé le côté extravagant de ce coven, et se balade toujours avec beaucoup de bijoux en or (colliers et bagues majoritairement) + il a une cicatrice qui court de son épaule gauche à sa hanche droite, qu'il affiche avec fierté + toujours habillé de noir, avec de longs vêtements, souvent ouverts au niveau du torse + excellent épéiste, il a toujours une lame à sa ceinture, ainsi que des dagues dans ses bottes + maitre des potions, il a toujours un petit sac sur lui pour en transporter plusieurs.
loyalty : les wicked, sa nouvelle famille. banni par son coven, il rêve désormais de les voir disparaître dans les flammes.
action cards : 7
object cards : 1
intrigue cards : 1
Black Dimes : 2205
THE WICKED
THE WICKED

(fb) you know i'd rather drown than to go on without you Empty
* . 

 ✫  ˚ i
*  ·   ✧ -    .
want
    +.
you
         ·✷  

       ⊹  .   ˚   

il était épuisé. constamment. son moral fonctionnait de la même manière que les montagnes russes, sans pourtant jamais atteindre de pics vertigineux. son coeur malmené refusait de cicatriser. myocarde saignant encore délicatement, blessures ouvertes continuant de pulser dans sa poitrine. mauvais rêves refusant de le laisser en paix. un tout nouveau monde ouvert à lui, qu’il n’était pas encore tout à fait certain de comprendre. de vouloir comprendre. choc trop grand, au début, pour réellement prendre conscience de la situation. chute abyssale. prince du soleil se retrouvant à côtoyé les rebuts, les exilés, les abandonnés, les rejetés. ceux dont on ne voulait plus, mais pour lesquels on ne voulait non plus se salir les mains. extravagant enfant du jour perdant toute sa superbe, réduit à vivre de petits larcins, jamais assez pour réellement avoir le ventre plein. visage qui s’amincit, petit à petit. muscles qui fondent un peu, énergie qui tente de faire fonctionner tout ce qui le maintient en vie, en premier lieu. il a cessé de compter le nombre de fois où il a remercié two black eyes d’avoir épargné un tel sort à sa soeur.

victoire.

coeur qui implose et explose à la fois en pensant à elle. un an à la chercher. à tenter de savoir où on l’avait envoyé, une fois qu’il avait compris qu’elle ne se trouvait pas sur la péninsule. on ne pouvait l’avoir…. non, il refusait même d’y penser. il lui avait demandé, d’empêcher cela. futilement, il se force à croire qu’aussi cruel sois le coeur de celle qu’il aimait toujours avec une intensité qui le dégoûtait lui-même, aurait pu laisser sa petite soeur se faire… non, non c’était impossible. pas alors que lui avait été condamné à l’exil. à l’oubli. l’oubli de tout. des autres, de lui-même, de sa précieuse magie. don qui court toujours dans ses veines, le voilà forcé à tout recommencer. lui qui paradait si fièrement dans le ciel, le voilà brutalement enchaîné au sol. chute aussi littérale que symbolique. il aurait du disparaître, suite à cela. il n’avait jamais vraiment eu l’âme d’un combattant, armand, après tout. élevé avec des gants de velours, nourrir par des cuillères en or et des biberons en diamants. il n’a connu que les lits aussi moelleux que les nuages, et l’abondance d’un banquet à chaque repas. mains lisses, traitresses témoins d’une vie parfaite, immaculée. privilégié à qui l’on retire soudainement absolument tout. ou presque. parce qu’il lui reste encore une chose qui le fait continuer à se lever, à se battre, à ne pas perdre espoir.

quelque part, sa petite princesse l’attend.

et jamais, jamais il ne laissera penser que son grand frère l’a abandonné. il espère qu’elle ne pense pas cela. il est si, si long à la retrouver. un an, déjà. mais volonté qui ne faiblit pas, pas d’un millième. si son moral peut parfois aller côtoyé les abysses, sa hargne pour localiser victoire jamais ne subit de fluctuations négatives.

“la winter court est une belle bande d’hypocrites, vous pouvez me croire. naissez sans le don de glace, et on vous traite comme un paria. par contre, accepter une gosse déviante provenant de ces prétentieux day, cela ne pose visiblement pas de problèmes. je ne comprendrai ja—“ “que viens-tu de dire ?” armand tourne si vivement sur lui-même qu’il voit des tâches devant ses yeux, et un brusque mal de crâne vient cogner contre ses temps. mais il ignore la douleur, le malaise ressentir. son coeur cogne si fort contre sa poitrine qu’il manque d’en sortir. “pardon ?” le jeune homme qui venait de parler le regardait comme s’il était un fou, une pointe de méfiance naissant dans ses yeux face au comportement presque frénétique d’armand. “à propos de l’enfant de la day recueillie par la winter. tu sais de qui il s’agit ?” désespoir facilement percevable dans sa voix, mêlé paradoxalement à l’espoir d’enfin avoir une piste. enfin. “aucune idée de la gamine non, mais ce sont les glücksbourg qui l’ont adopté. ou un truc du genre. pourquoi ça t’intéresse ?”

mais l’enfant du jour, déjà, n’écoute plus. son esprit est ailleurs. perdu dans des souvenirs que sa court nourricière lui avait dérobé. “armand, il faut que tu comprennes. si ce désir de remplacer les toegar est particulièrement dangereux pour notre famille, jamais je ne laisserais victoire en souffrir. elle est bien trop jeune pour comprendre ce qu’il se passe. si quelque chose devait m’arriver, il est prévu que la famille glücksbourg s’occupe d’elle.” “glücksbourg ? ne sont-ils pas de l’hiver ?” “laisse-moi t’expliquer…” mémoire qui explose dans sa tête, devant ses yeux, soudainement, brusquement. serment magique passé effacé par le rituel de bannissement. vérité qui éclate devant ses yeux.

il l’a retrouvée.

s’aventurer dans le coven de l’hiver est une aventure terrifiante. mais armand, il se sent poussé des ailes, presque comme si sa magie chantait en harmonie avec son coeur. victoire, victoire, victoire. esprit qui psalmodie son prénom encore et encore, alors que le banni, pour la première fois, ose mettre les pieds en dehors de la péninsule. de noir vêtu, il tente de se fondre dans les ombres, camoufle son visage sous un lourd capuchon. terreur de se faire repérer, pourtant surpasser par un besoin viscéral de voir son visage. de la serrer contre lui. d’avoir la preuve. la preuve de sa vitalité, de sa bonne santé. et surtout, qu’elle sache. qu’il a toujours été là. qu’il n’a jamais cessé de la chercher. qu’il n’aurait jamais cessé, peu importe les obstacles.

la princesse est là, soudainement. entourée par une mélodie qui chamboule ses entrailles, l’ancien prince reste figé. pris dans la glace, au beau milieu du royaume de l’hiver. peut-être qu’il meurt et revit à la fois. résurrection immédiate. monde bancal qui semble soudainement se souvenir de se redresser. étau dans son ventre qui se relâche. il reste là, planté, il ne sait combien de temps. comme s’il avait besoin de plusieurs minutes pour réaliser. réaliser que sa vie entière avait encore un sens. et qu’elle se trouvait juste devant lui.

“victoire ?” voix qui vient briser l’instant, mélodie qui s’interrompt. mais lui, il n’entend que la musique de son coeur, alors qu’il fait quelques pas hésitants envers elle. le déteste-t-elle ? pense-t-elle qu’il l’a abandonné ? le considère-t-elle responsable du sort de leur famille ? yeux qui se remplissent de larmes en buvant chaque trait de son visage. sa petite soeur est là. vivante. rivières de perles se créant le long de son visage, intarissables sources d’amour.  

@victoire de valois


_________________

( I miss the thought of a forever, you and me )
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (fb) you know i'd rather drown than to go on without you      #☾.      posté le Lun 18 Mar - 23:23
you got two black eyes
Victoire de Valois
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t317-heart-made-of-glass-mind-of-stone http://twoblackeyes.forumactif.com/t488-her-skins-was-made-of-sc http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image : (fb) you know i'd rather drown than to go on without you Tumblr_pgk2huHqp21s6sttzo2_250
pseudo : iron queen (mogo)
credits : BONNIE
Faceclaim : charleen weiss
Multifaces : the devilish nysa
Inscription : 08/12/2018
Messages : 262
timelapse : nineteen y.o.
heart rate : single and so not ready to mingle
purpose : engineer
magic scale : level two
powerplay : freeze kiss, always stay fresh
loyalty : loyal as fuck to her supremes. her new family.
action cards : none
object cards : two
mystery cards : none
random cards : none
Black Dimes : 1067
Staff
Staff

(fb) you know i'd rather drown than to go on without you Empty
* . 

 ✫  ˚ i
*  ·   ✧ -    .
want
    +.
you
         ·✷  

       ⊹  .   ˚   

myocarde en berne. oubli fréquent de l’enfant dont on souhaitait se débarrasser. il n’était plus qu’un parmi tant d’autre. évidence même devenant récurrence. enfant des neiges s’immisçant dans le plus doux des chaos. poupée ancre le rejet comme un délicat ami qu’elle se permet de tutoyer depuis l’enfance sans exception. prétentions et tentatives d’hypocrisie, l’enfant n’était que sujette à ces vaines insubordinations. infantilisée par ses pairs alors qu’elle ne demandait que respect parmi les siens. serenade brisant l’épiderme, mélodie s’imprégnant dans les pigments de son être pour ne laisser aucun répit à son esprit. réminiscences fréquentes d’une époque presque aigre dans le confin des secrets gardés. affection restreinte pour ses modèles sous le poids bouleversant des conventions sociales. froide. distante. reconnaissance immédiate des normes socio-familiales en intégrant un nouveau clan. ce sourire qui pouvait damner une âme, myocarde obstrué par les souvenirs. punition sévère du rappel constant de la localisation de ses proches. clan amoindri à jamais alors que la menace wicked lui était jetée au faciès à chaque mésaventure de l’enfant. rire effacé par l’hiver glaçant. esprit focalisé sur une nouvelle vie rempli d’amers sentiments. parti à jamais sans possibilité de le contacter. brèche qui ne semblait que vaine illusion d’une enfant en perdition. iris trouble sous les perles de sel dévalant son faciès. éclat contre les pavés lors qu’elle réalisait que le souvenir se perdait avec les mirages du temps. vaine rescapée d’une terrible punition alors qu’elle avait un sort comparable à son roi solaire. destinée à connaître sa position sans jamais pouvoir penser le revoir. hémoglobine figée à l’entente de la sentence cruelle. séparée à jamais d’une dualité ayant pris son âme. questions récurrentes pour l’enfant sauvage. do you think of me when you see a child ? do you still remember me ? gamins cruels de l’hiver s’amusant à ses dépens du sort de la poupée. admission innocente d’un rêve récurrent où l’enfant s’envolait sous les rires partagés. sourires délirant n’offrant que pur bonheur à l’entité qu’ils avaient pu être à l’époque. pensées dérisoires alors que l’enfant était dans un confort parfait à ne souhaiter que les retrouvailles espérées avec son astre. peine douloureuse avec peu de répit pour son myocarde. tentatives d’oubli inversée. enfant sauvage sur le départ, âme partant petit à petit de ce monde pour ne laisser qu’une vaine carcasse ayant pu lui appartenir.

tout n’était que factice alors qu’elle demeurait un sosie parfait. poupée ne s’illustrant dans aucun domaine particulier à défaut de feu son aînée. violon saisi avec une violence peu commune, unique instrument que l’enfant n’avait pas aperçu dans le manoir infernal. what if. et si le destin avait toujours désiré voir une fratrie à jamais séparée ? et si c’était inscrit dans les astres qu’ils ne demeureraient que de vagues souvenirs l’un pour l’autre. loving you was sunshine, safe and sound. divinités farceuses qui ne faisaient que s’amuser de leur sort tragique. vulgaire tragédie grecque attribuée pour offrir un divertissement à un entité supérieur. comment pouvait-elle encore croire à l’existence d’une bonne étoile alors que son myocarde criait à l’agonie ? vagues mélodieuses emportant son chagrin le temps d’une sonate. un unique objet gravé dans son esprit avec cet air imprégné dans le fil de ses pensées. gamine qui pouvait revoir son astre solaire venir lui souhaiter de beaux rêves alors que la boîte déversait un antique héritage. souvenirs d’un endroit qu’on lui avait dérobé. impossible de revenir en arrière là où tout semblait plus serein. innocence trempée dans le tempérament enfantin. aveugle face aux intrigues de sa famille, incapable de pouvoir s’apercevoir des ambitions démesurées de son patriarche. unique carcasse sans vie s’offrant à la vision de l’enfant. dernière image du père qui l’avait aimé. exemple de conduite mort sous le jugement impérial de la suprême. enfant sauvage vivant dans une tendre illusion que les hommes de son existence avait réussi à maintenir.

“victoire ?” illusion lyrique qui ne pouvait exister. gamine qui se devait de finir sa mélodie avant le frauduleux oubli. l’énième oubli. paupières fermées comme pour ne pas attester d’un nouveau mirage produit par le fruit des réminiscences. impossible. il ne pouvait s’introduire dans les covens de la ville. enfant sauvage qui prend le risque de retrouver une nouvelle déception. phalanges saignantes contre l’archet, vaine tentative de s’ancrer à la réalité. fantasies la rendant petit-à-petit atteinte de démence. paupières courageuses face à un myocarde criant son véto. forme floue reprenant consistance dans son champ de vision. tentative d’adaptation de ses iris face à la lumière. armand. astre solaire prenant possession du terrain pour affirmer sa présence. il était là. he remembered. myocarde calciné par l’espoir retrouvé. venait-il l’emporter loin vers le soleil couchant pour ne plus entendre parler d’une quelconque sentence ? « tu… ». tonalité rauque, premier mot esquissé de la journée alors que la poupée s’enfermait dans une bulle de solitude après tant de dégâts causés. « tu ne m’as pas oublié ? » bras ballant alors que ses phalanges enserrées l’archet et le violon, incapable de les laisser tomber, comme une réalité face à l’illusion. tachycardie s’imprégnant du myocarde pour ne laisser que les terribles battements guidant ses émotions. iris verdoyantes et une taille plus haute qu’elle s’en rappelait. souvenirs revenant de plein fouet pour effacer une vision floue qu’elle avait pu garder pendant tout ce temps. main droite pointant l’astre solaire par l’archet comme une énième possibilité de vérifier qu’elle ne sombrait pas encore plus dans la démence. ils s’y attendaient tous, c’était peut-être en ce jour qu’elle allait enfin les ravir.

@armand de valois


_________________

--- and suddenly
i was there, in a life i've always wanted. old money
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: (fb) you know i'd rather drown than to go on without you      #☾.      posté le
Contenu sponsorisé
you got two black eyes

(fb) you know i'd rather drown than to go on without you Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
(fb) you know i'd rather drown than to go on without you
Page 1 sur 1
two black eyes
Revenir en haut 

. ✵ * · . . TWO BLACK EYES ☽ :: 
new york
 :: 
Zone 5
 :: 
The Ice Fountain
+
 Sujets similaires
-
» (orion) i can't drown my demon, they know how to swim.
» Absolem - I can't drown my demons they know how to swim
» Lycoris A. Rowle Ϟ I can't drown my demons, they know how to swim


Sauter vers: