Hot Blood (Roman & Sofia)

whatever happens, we are deathless
Aller en bas 
 
MessageSujetHot Blood (Roman & Sofia)      #☾.      posté le Ven 14 Déc - 16:52
you got two black eyes
Sofia Hurston
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t348-burn-baby-burn-sofia http://twoblackeyes.forumactif.com/t537-crackling-fire-sofia#520 http://twoblackeyes.forumactif.com/t578-m-samuel-hurston-night-courthttp://twoblackeyes.forumactif.com/t1683-m-edward-ned-lange-dawn-court http://twoblackeyes.forumactif.com/t578-m-samuel-hurston-night-court
image :
pseudo : Balulalow
credits : ava by ANDROMEDA ; sign by HERESY.
Faceclaim : Zazie Beetz
Inscription : 08/12/2018
Messages : 174
true color : #CC5500
timelapse : 27 piges.
heart rate : Célibataire au palpitant cramé.
purpose : Flic, elle met des pvs à vos vélos mal garés.
magic scale : Niveau 2.
powerplay : Brasier interne, elle te touche et te donne chaud. Littéralement.
loyalty : Dévouée à sa manière au coven. Dotée d'une loyauté à toute épreuve lorsqu'il s'agit du suprême, c'est déjà un peu moins le cas lorsqu'il s'agit d'approuver les rouages de l'Automne.
warning sign :
Fire on thewall
& other angry shouts


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -




Black Dimes : 1510
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

Hot Blood
Roman Stark & Sofia Hurston

« You turn your back, you're a broken man, you come around and just dying to shake your hand. I don't expect you to understand, just keep telling yourself there's no shame »
Le souffle un peu gelé par la fraîcheur hivernale, Sofia courait pour oublier. A ses côtés, Hector tentait quant à lui de suivre la cadence, mais ne pouvait s’imaginer combien le rock qui hurlait dans les oreilles de sa maîtresse la poussait à aller vite. Il y avait la musique et puis aussi l’agacement, la frustration et la décision de se reprendre en main. « Mais oui ma vieille, reprends-toi bon sang. »

Il y a deux jours, Sofia avait dérapé. Tout avait bien commencé : assise dans un fauteuil confortable d'un bar de l’Upper West Side, Sofia s’était laissée aller à croiser plusieurs fois le regard d’une rousse aux cheveux mi-longs, taille moyenne, sourire vraiment joli avec des petites fossettes aux joues. Accoudée au comptoir, elle était en compagnie d’une autre fille et d’un garçon qui semblaient être ensemble ; la rouquine, elle, était clairement intéressée par autre chose. Avec un dernier sourire en coin et un petit clin d’œil discret, elle avait quitté ses amis et était sortie du bar. Sofia avait avalé son verre, laissé quelques dimes sur la table et était sortie à sa suite ; la rouquine l’attendait à la sortie. « Tu fumes ?, lui avait-elle demandé en sortant un paquet de clopes de son sac.
Non, j’essaye d’arrêter. Tu t’appelles comment ? » Elle avait expiré sa première bouffée avec une insolence folle, de celles qui savent qu’elles ont gagné la partie ; Sofia n’aimait pas s’avouer vaincue trop vite, mais il faut dire que le creusement des petites fossettes la faisait sérieusement craquer. « Clémence. Et toi ? »
Elles étaient allées chez Clémence, donc, et avait commencé le début des ennuis. Pas que l’idée de coucher avec une Night effrayait Sofia ; elle savait comment s’abandonner, mais pas trop, afin de ne pas donner trop de matière à s’attacher. Parfois, lorsqu’était découverte la petite flamme sur son omoplate droite, on venait caresser l’encre du bout des doigts avant que continue la valse des soupirs. Le lendemain, on n’en parlerait tout simplement pas, et l’accord tacite du secret viendrait se glisser entre les derniers baisers échangés.
Non, l’inquiétude venait d’ailleurs. La chaleur de l’appartement, l’ivresse du corps de la belle Clémence et la petite dose d’Ezili partagée y avaient peut-être été pour beaucoup ; à mesure que son cœur battait plus vite, c’était bien son don qui cognait plus fort. Dans son souffle, au creux de sa poitrine, au balancement de ses hanches, Sofia sentait la magie grandir jusqu’à l’instant o, celui où en agrippant les épaules de sa partenaire dans un dernier élan de plaisir, elle avait usé de son don. Clémence s’était écartée tout en délicatesse de Sofia, et cette dernière avait vite compris ce qui s’était passé. Un « ça va ? » affolé avait alors été lancé, mais la Clémence avait été très douce, et lui avait avoué n’avoir eu que soudainement trop chaud. Aussi rouge qu’une pomme d’amour, la rouquine commençait tout de même à transpirer à grosses gouttes. Sofia avait alors insisté pour s’occuper de sa partenaire ; à coups de massages et de vieilles recettes dont elle ne pensait pas avoir à se resservir un jour, elle fit en sorte que rien d’interne n’ait pu être touché. Elle se doutait bien que ce n’était pas le cas, le contact avec le pouvoir ayant été trop bref, mais elle voulait s’assurer que tout aille bien avant de partir. En quittant l’appartement, un baiser lui fut déposé sur la joue, suivi d’un « merci » bienheureux ; rien ne serait dit à personne.

Pourtant, le constat était là : elle avait dérapé. La vérité, c’est qu’elle ne s’entraînait plus tellement ces derniers temps et pour son éducation de militaire, un relâchement pareil était impardonnable. Un laisser-aller qu’elle comptait changer, bie sûr, mais qu'une erreur bête ait été nécessaire pour la faire réagir la rendait folle. « Bordel, mais ressaisis-toi ! ». Elle s’était arrêtée brutalement au milieu du chemin, essoufflée. Hector avait lui aussi stoppé sa course, mais un peu plus loin qu’elle ; en la voyant derrière, il la rejoignit en trottinant. « T’en penses quoi, toi ? T’es d’accord pour dire que je fais n’importe quoi ? » Hector la regarda, langue pendue, regard heureux. « Ouais, c’est bien ce que je pensais. »

Ayant à peine dormi cette nuit, elle repensait sans arrêt à l’incident. Comme elle ne travaillait pas aujourd’hui, elle avait alors enfilé ses vêtements de sports et s’était décidée à aller courir ; pour ça, Sofia ne connaissait pas meilleur endroit que Central Park. Dans cette forêt immense, on avait souvent l’impression d’être seul ; c’était le petit matin et vingt-cinq minutes étaient bien passées qu’elle n’avait pas vu âme humaine ou du moins, sorcière, qui vive.
Toujours arrêtée et reprenant sa respiration, elle repéra néanmoins un petit point sombre courir dans sa direction. « C’est bien ma veine. » Elle se déplaça en bordure du chemin, et essaya de ne pas fixer son attention sur l’inconnu qui arrivait vers elle. Pour autant, plus la silhouette se faisait distincte, plus les sourcils de la jeune femme se fronçaient incrédulement. Un peu avant qu’il n’arrive à son niveau, elle se replaça au milieu du chemin pour lui faire face. « Hey ! Roman ! » Postée devant lui, écouteurs tirés des oreilles, Sofia fit une petite courbette. « Je voulais dire: très estimé suprême. » Sourire aux lèvres, elle leva les yeux vers le dirigeant de l’Automne. « Ça fait longtemps ! Je suis contente de te croiser. Vraiment. » Et Hector d’aboyer en signe de sincère approbation.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Hot Blood (Roman & Sofia)      #☾.      posté le Ven 28 Déc - 22:06
you got two black eyes
Roman Stark
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t287-roman-200-degrees-that-s-why-they-call-me-mister-fahrenheit http://twoblackeyes.forumactif.com/t462-roman-it-s-been-the-ruin http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image :
pseudo : odyssey
credits : vocivus
Faceclaim : Charlie #god Hunnam
Inscription : 07/12/2018
Messages : 211
timelapse : Trente-trois années écoulées, jusqu'ici rapides et exaltées, désormais lentes et agonisantes. La vieillesse ne lui réussit pas, elle l'angoisse.
heart rate : Après avoir été marié pendant sept années, Roman se retrouve délaissé depuis trois ans. Sa femme est morte suite à une rébellion humaine, laissant le cœur en morceaux et l'esprit hanté.
purpose : Des années au SWAT de la police de New-York n'ont servi qu'à le préparer à sa fonction de Suprême du coven de l'Automne. Il ne respire que pour honorer les responsabilités qui lui incombent.
magic scale : Surplombant le haut de la pyramide, il est évident qu'un sorcier comme lui ne pouvait atteindre que le niveau maximal de magie, soit le glorieux niveau quatre, sésame réservé aux têtes couronnées.
powerplay : Le feu crépitant au bout des doigts, les flammes intérieures qui réchauffent son esprit. L'élément ardent n'a plus aucun secret pour lui. Communion telle qu'il est capable de se parer entièrement de feu, de revêtir une enveloppe enflammée que rien n'arrête.
loyalty : Sa loyauté va bien évidemment à son coven natal. Il est né dans l'Automne et y mourra, il n'est pas question qu'il en soit autrement.
Black Dimes : 1915
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

(s t r i k e)

À Greenwich Village, la brise hivernale gelait le paysage, mais jamais les feuilles ne perdaient leur rousseur. Un automne éternel réchauffait la vue, à défaut de couvrir les épidermes. C’était au mois de décembre que les matins étaient les plus beaux, Roman avait pu aisément le constater, après des mois à guetter l’aube avec impatience. Un soleil pâle faisait briller la rouille inoffensive des tuyaux, mettait en valeur les volutes de fumée qui soufflaient nuit et jour au-dessus des toits. Les briques retrouvaient leur flamboyance si caractéristique et semblaient redonner vie à un quartier abandonné par la nuit. Les gravures prenaient vie et les vitraux s’illuminaient. Les âmes éveillées s’affairaient au rythme du tic-tac. Toutes les horloges, tous les mécanismes s’accordaient dans une harmonie réglée au millimètre. Chacun à sa place, chacun à son but. Roman s’éveillait au milieu de tout ça, dans l’épicentre de la vie du coven de l’Automne. Il lui suffisait d’ouvrir la fenêtre et de poser un pied sur son balcon pour admirer la fourmilière en action. Certains levaient parfois le nez pour saluer la silhouette perchée, la plupart lui passait devant, sans rien remarquer. La Tour de l’Horloge trônait, figure honorifique, métronome dictant la vie des sorciers. Le Suprême ne résistait jamais à cette vue qui lui était offerte. Il s’en émerveillait comme au premier jour. Elle rendait les matinées plus douces, quand la nuit avait été terrible. Il s’enivrait de l’énergie qui en dégageait et trouvait la source de motivation qui pouvait parfois lui échapper, au même titre que son repos. Le sorcier tenait à cette routine, parce qu’elle le raccrochait à un quotidien qui paraissait parfois vouloir le délaisser dans un coin. L’avenir le rejetait, le laissant suspendu entre un présent souillé et un passé douloureux. Il n’y avait pas une place à laquelle il se sentait bien, le Suprême, sinon au milieu des siens.

Au bout de quelques minutes, Roman s’extirpa enfin de sa contemplation pour se préparer à aller courir. C’était toujours le même trajet qu’il exécutait : il partait de la place de l’horloge et rejoignait Central Park. Près d’une heure à courir, ponctuée de temps à autres par des pauses pour reposer Vulkan qui l’accompagnait. L’akita américain avait beau avoir un an et être en pleine forme, il n’était pas fait pour un tel exercice physique. Ça ne l’empêchait pas de suivre son nouveau maître avec un enthousiasme non dissimulé. Roman savait qu’il atteignait bientôt sa destination, quand les sorciers se faisaient de plus en plus rares. Pour la plupart d’entre eux, il était encore trop tôt. Tant mieux, le Suprême ne supportait pas d’être interrompu, dans cette course qui lui permettait de se vider la tête. Si soulagé de fournir un effort suffisamment intense pour l’obliger à se concentrer. C’était sans compter sur le destin qui décida de mettre une âme familière sur son chemin. Il aurait très bien pu ne pas faire attention et lui passer devant, si elle ne l’avait pas interpellé. Roman ralentit aussitôt l’allure, avant de reconnaître Sofia, Hector à ses côtés. Ce n’était pas difficile de mettre un nom sur un visage, quand ce visage ressemblait étrangement à celui de sa sœur, et feu son épouse. Il y avait sur son minois une expression de féroce indépendance qui n’était pas s’en rappeler la détermination d’Amelia. Puis ces boucles ébènes et tant de détails auxquels beaucoup n’auraient jamais prêté attention. C’était toujours un douloureux plaisir que de tomber sur sa belle-sœur. Parfois plus difficile à supporter, selon les journées. « Bonjour soldat. » À sa plaisanterie, il n’avait pu s’empêcher de répliquer par une petite pique des plus amicales, en référence à l’armée à qui la jeune femme avait tourné le dos. Il reprit son souffle, tandis que Vulkan venait déjà taquiner joyeusement son acolyte à quatre pattes. Il fallait croire que les sorciers de l’Automne avaient besoin de la présence des bêtes pour trouver un certain équilibre. « Je vois qu’il n’y a que l’Automne qui a le courage de venir ici aussi tôt. » En d’autres circonstances, il l’aurait très certainement prise dans ses bras, mais il ne s’en sentait pas le courage. Les cauchemars de la veille n’avaient pas encore été oubliés. « Comment ça va ? » demanda-t-il, en passant ses doigts dans ses cheveux humides. « Tu viens te donner bonne conscience ? Ça me paraît un peu léger. » dit-il, le sourire en coin, tandis qu’il pointait du doigt un front qui ne lui semblait pas assez transpirant. Roman avait toujours été comme ça avec sa belle-sœur : il avait toujours trouvé qu’elle sous-estimait son potentiel.

_________________

arsonist's lullabye
When I was a man I thought it ended when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Hot Blood (Roman & Sofia)      #☾.      posté le Jeu 10 Jan - 23:34
you got two black eyes
Sofia Hurston
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t348-burn-baby-burn-sofia http://twoblackeyes.forumactif.com/t537-crackling-fire-sofia#520 http://twoblackeyes.forumactif.com/t578-m-samuel-hurston-night-courthttp://twoblackeyes.forumactif.com/t1683-m-edward-ned-lange-dawn-court http://twoblackeyes.forumactif.com/t578-m-samuel-hurston-night-court
image :
pseudo : Balulalow
credits : ava by ANDROMEDA ; sign by HERESY.
Faceclaim : Zazie Beetz
Inscription : 08/12/2018
Messages : 174
true color : #CC5500
timelapse : 27 piges.
heart rate : Célibataire au palpitant cramé.
purpose : Flic, elle met des pvs à vos vélos mal garés.
magic scale : Niveau 2.
powerplay : Brasier interne, elle te touche et te donne chaud. Littéralement.
loyalty : Dévouée à sa manière au coven. Dotée d'une loyauté à toute épreuve lorsqu'il s'agit du suprême, c'est déjà un peu moins le cas lorsqu'il s'agit d'approuver les rouages de l'Automne.
warning sign :
Fire on thewall
& other angry shouts


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -




Black Dimes : 1510
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

Hot Blood
Roman Stark & Sofia Hurston

« You turn your back, you're a broken man, you come around and just dying to shake your hand. I don't expect you to understand, just keep telling yourself there's no shame »
Sofia était contente de revoir Roman. Elle n’aurait su dire si l’inverse était totalement vrai, mais elle avait tout de même senti une certaine sensation d’ « agréable surprise » passer sur le visage du Suprême lorsqu’elle s’était mise en travers de son chemin. Il est vrai qu'elle sentait aussi toujours une forme de nostalgie, un temps heureux qui aurait pu s’instaurer durablement entre eux deux – entre eux deux, grâce à Amelia. Elle savait qu’elle ressemblait à sa sœur, mais si sur elle devait s’imprimer l’image de son aînée, elle ne pouvait s’empêcher de la revoir au bras de Roman. Son fantôme les suivait tous les deux et s’instaurait donc une certaine joie étouffée par le souvenir de ce qui aurait pu un jour advenir de leur relation. Plus que des silhouettes davantage réunies sous le signe d’un interminable deuil, ils auraient dû finir par être des amis qui n’auraient jamais eu à subir les relents du passé.

Elle s’extirpa de ses pensées. En entendant le terme de « soldat », elle grimaça dans un sourire. Là encore, un souvenir de deuil… Celui-ci, beaucoup plus facile à accepter. Elle ne regrettait en rien d’avoir quitté ces rejetons de l’Automne… Enfin, elle voulait dire ces très honorables serviteurs du coven. Elle se contenta d’un « Hum, hum » bien placé pour signifier à Roman qu’elle avait compris la référence à ces « relations conflictuelles » avec l'armée. D’autant plus que c’était lui qui l’avait extirpée du pétrin ; sans ça, elle aurait déjà fini à Rockaway. Mieux valait donc garder sa bouche cousue sur le sujet. Elle savait que Roman n’ignorait pas la grande gamelle qui la caractérisait, mais elle faisait tout de même face à l’Autorité du coven. Il semblait plus facile pour elle de dire… « Oui, c’est sûr. C’est bien connu ; les Automnes font face à tout, même aux températures de New York en hiver… », elle s’était baissée pour caresser Vulkan qui après avoir passé le bonjour à Hector, s’était dirigé vers Sofia. Elle continua tout en se relevant, un sourire aux lèvres « … il faut dire qu’on a le sang chaud. » Et sa peau de frémir encore des caresses de Clémence ; et son crâne de subir l’échec du contrôle de son don. Un « ça va ? » toujours lancé en sa direction fit suite à sa remarque et elle se tenait prête à répondre en mentant à demi-mot, que Roman ajoutait déjà en la pointant d’un doigt mi-moqueur, mi-accusateur : « Tu viens te donner bonne conscience ? Ça me paraît un peu léger. » Touché. Elle passa sa main sur son front, indicateur pertinent de son degré d’investissement dans l’exercice. Aujourd’hui, l’absence de gouttelettes pouvait en effet laisser penser qu’il était minime ; pourtant, elle avait très chaud et un simple toucher aurait suffi au suprême à écarter ses doutes. Elle se permit d’avancer en plaisantant : « C’est le froid. Ou la vapeur ; comme je viens te dire, on a le sang chaud par chez nous. » Faisant un signe de tête en direction de celui qui lui faisait face, elle ajouta : « Toi par contre, on voit que ça bosse dur au niveau des muscles… La tête aussi, je parie. » Toujours avec un sourire espiègle pendant aux lèvres, elle n’en dit pas plus, désireuse de ne pas remuer tous les vieux démons qui dormaient sous la carapace du Stark. Et puis, un jour, quelqu’un lui avait dit « Tu sais, Roman réfléchit tout le temps. Il ne s’arrête jamais. ». Alors Sofia sentait qu’elle tenait une plutôt bonne idée quand elle commença à dire : « Si mon rythme de travail vous convient si peu, ô suprême, peut-être serait-il avisé que vous m’aidiez à le changer… » Puis d’un très léger coup sur l’épaule droite, elle lui proposa : « Un entraînement à deux, bon pour se changer les idées, ça te dit ? »  
(c) DΛNDELION

_________________
embers, etcle feu, cruel météore de l'aube
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Hot Blood (Roman & Sofia)      #☾.      posté le Ven 1 Fév - 19:04
you got two black eyes
Roman Stark
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t287-roman-200-degrees-that-s-why-they-call-me-mister-fahrenheit http://twoblackeyes.forumactif.com/t462-roman-it-s-been-the-ruin http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image :
pseudo : odyssey
credits : vocivus
Faceclaim : Charlie #god Hunnam
Inscription : 07/12/2018
Messages : 211
timelapse : Trente-trois années écoulées, jusqu'ici rapides et exaltées, désormais lentes et agonisantes. La vieillesse ne lui réussit pas, elle l'angoisse.
heart rate : Après avoir été marié pendant sept années, Roman se retrouve délaissé depuis trois ans. Sa femme est morte suite à une rébellion humaine, laissant le cœur en morceaux et l'esprit hanté.
purpose : Des années au SWAT de la police de New-York n'ont servi qu'à le préparer à sa fonction de Suprême du coven de l'Automne. Il ne respire que pour honorer les responsabilités qui lui incombent.
magic scale : Surplombant le haut de la pyramide, il est évident qu'un sorcier comme lui ne pouvait atteindre que le niveau maximal de magie, soit le glorieux niveau quatre, sésame réservé aux têtes couronnées.
powerplay : Le feu crépitant au bout des doigts, les flammes intérieures qui réchauffent son esprit. L'élément ardent n'a plus aucun secret pour lui. Communion telle qu'il est capable de se parer entièrement de feu, de revêtir une enveloppe enflammée que rien n'arrête.
loyalty : Sa loyauté va bien évidemment à son coven natal. Il est né dans l'Automne et y mourra, il n'est pas question qu'il en soit autrement.
Black Dimes : 1915
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

(s t r i k e)

L’Automne se voyait toujours gratifiée des meilleurs adjectifs : courageux, travailleurs, loyaux, insatiables. Personne n’imaginait que les soldats qui faisaient régner l’ordre sur New-York puissent être victimes d’un quelconque vice qui entacherait le coven entier. Ils marchaient tous d’un seul pas, dans une harmonie réglée au millimètre. Seuls ces mêmes soldats savaient combien l’image était parfaitement lissée. Un jeu d’apparence parmi les milliers d’autres qui faisaient la communauté des sorciers. On ravalait sa bile, ne laissait le feu s’exprimer que dans les situations critiques et gardait les démons entre quatre murs. Là où personne ne saurait les chercher. C’était difficile d’être formé à la perfection, quand on ne l’avait pas en soi. Certains finissaient par y croire, d’autres lâchaient prise. Renégats ou rebelles, ils n’étaient pourtant que des semblables qui n’avaient pas réussi à se fondre dans les valeurs véhiculées par leur quartier. Victimes collatérales plutôt que véritables opposants. Maintes fois, Roman ne s’en était pas cru capable. Aujourd’hui n’était pas différent. Mais contrairement aux autres, chaque apparition était auréolée de l’étiquette suprême qui éclipsait tout ce qui pourrait faire naître le doute. Le charisme souverain qui étouffait toutes les failles béantes. Un colmatage plus ou moins grossier, plus ou moins durable, qui pour l’instant suffisait à faire son œuvre. L’héritier Stark était inarrêtable, inatteignable. Tant qu’il ne tomberait pas à genoux, personne ne croirait à l’extinction du brasier. Il y en avait pourtant qui avait eu des aperçus, des indices disséminés entre deux paroles, deux regards. Sofia était certainement celle qui serait la plus à même de comprendre à quel point la carapace se craquelait. Sitôt qu’il rencontrait son visage, l’étincelle d’affection menaçait toute autorité. En sa présence, il avait du mal à garder ses distances, c’était sûrement la raison pour laquelle il se fondait d’autant plus dans son personnage. Se servant du seul et unique échec de la demoiselle pour essayer de l’atteindre. Cherchant à la faire culpabiliser de ne pas avoir profité de cette force qui lui faisait défaut à lui. Elle avait eu toutes les armes en main et quand il s’adressait à elle, elle avait ce relent de combativité. Presque trop aisément, elle lui fit comprendre qu’elle voyait bien dans son jeu, à travers ses muscles travaillés et cet effort zélé. Un sourire aux lèvres, accueillant l’ironie avec bonne foi, alors qu’au fond, il hurlait.
Néanmoins, en guise d’excuse, Sofia lui offrit son salut sur un plateau. Proposition presque suicidaire de vouloir s’entraîner aux côtés du feu le plus enragé de toutes les salles de sport de Greenwich. Jusqu’à la Cave, sa réputation de tornade ardente le précédait. En général, Roman ne s’arrêtait jamais. Jusqu’à ce qu’il y en ait un à genoux. Il haussa un sourcil, feignant la surprise, alors qu’au fond, il avait déjà cédé. « Je t’ai dit de t’entraîner plus, je n’ai pas dit de chercher à mourir. » Son bras s’enroula presque instinctivement autour de sa nuque, tandis qu’ils se mirent en route. « Très bien. Si tu survis, j’appellerai quelqu’un pour te ramener ensuite. Je doute que tu sois en état de marcher. »

À peine Roman avait-il mis un pied dans l’établissement que le plus grand ring se libéra presque aussitôt. Ils étaient une petite dizaine à travailler déjà leur forme physique, avant une dure journée de labeur. Et si tous s’empressèrent de venir saluer leur Suprême, ils se retirèrent tout aussi vite pour ne pas l’importuner. Pour éviter de faire enrager le propriétaire des lieux, très pointilleux sur les règles d’hygiène, les deux chiens étaient restés jouer dans la cour de derrière, près des terrains de basket. Tandis qu’il laissait Sofia se préparer, l’homme alla chercher tout l’équipement dont ils allaient avoir besoin. Sous-gants, gants de boxe, protège-tibias. De quoi se défouler. De quoi faire sortir en toute légitimité ce qui les rongeait tous les deux depuis bientôt deux ans. « Cent tours de corde à sauter, je t’attends. » La silhouette épaisse se glissa entre deux cordes pour entrer dans le ring. L’adrénaline n’avait pas attendu pour poindre et faire naître l’impatience chez le combattant. Pour l’instant, il allait d’abord encaisser les coups. Quelque chose auquel il était rompu depuis déjà trop longtemps. Subir sans rechigner, courber l’échine pour ne pas hurler.

_________________

arsonist's lullabye
When I was a man I thought it ended when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Hot Blood (Roman & Sofia)      #☾.      posté le Sam 9 Fév - 21:40
you got two black eyes
Sofia Hurston
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t348-burn-baby-burn-sofia http://twoblackeyes.forumactif.com/t537-crackling-fire-sofia#520 http://twoblackeyes.forumactif.com/t578-m-samuel-hurston-night-courthttp://twoblackeyes.forumactif.com/t1683-m-edward-ned-lange-dawn-court http://twoblackeyes.forumactif.com/t578-m-samuel-hurston-night-court
image :
pseudo : Balulalow
credits : ava by ANDROMEDA ; sign by HERESY.
Faceclaim : Zazie Beetz
Inscription : 08/12/2018
Messages : 174
true color : #CC5500
timelapse : 27 piges.
heart rate : Célibataire au palpitant cramé.
purpose : Flic, elle met des pvs à vos vélos mal garés.
magic scale : Niveau 2.
powerplay : Brasier interne, elle te touche et te donne chaud. Littéralement.
loyalty : Dévouée à sa manière au coven. Dotée d'une loyauté à toute épreuve lorsqu'il s'agit du suprême, c'est déjà un peu moins le cas lorsqu'il s'agit d'approuver les rouages de l'Automne.
warning sign :
Fire on thewall
& other angry shouts


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -




Black Dimes : 1510
AUTUMN COURT
AUTUMN COURT

Hot Blood
Roman Stark & Sofia Hurston

« You turn your back, you're a broken man, you come around and just dying to shake your hand. I don't expect you to understand, just keep telling yourself there's no shame »
Nous sommes en 2201, Sofia a 9 ans. Assise sur le rebord d’un muret, elle regarde son frère, Samuel, se battre avec Leon, un de ses meilleurs amis. Encore un peu trop jeune pour se joindre à leurs exercices, l’Automnale les observe silencieusement. Ils sont jeunes, forts, et leurs gestes se veulent contrôlés et impétueux. Des petits de l’Automne, tous, avec leurs tronches bardées de petites cicatrices, souvenirs de chutes, de castagnes ou d’une adolescence à peine entamée. Heureux qu’ils ont quand même l’air d’être, lorsque d’un éclat de rire, ils décident subitement de stopper leur entraînement improvisé. Leur euphorie est communicative, Sofia rigole aussi. D’un signe de tête, Samuel lui fait signe de le rejoindre ; ils rentrent à la maison. Autour de sa nuque se glisse le bras de son grand frère, un héros aux yeux de la petite. Les yeux à demi levés vers celui qui lui balance un sourire ravageur, Sofia est aux anges ; elle n’aurait jamais pu espérer meilleure journée.

Nous sommes en 2219, Sofia a 27 ans. Le bout du nez commence à doucement refroidir et elle a fermé les yeux. En cet instant, elle pourrait presque croire que ça y est, finie la solitude. Elle a envie de se laisser aller à ce moment, et c’est ce qu’elle fait, les épaules plus relâchées, le corps un peu moins tendu. L’Automnale y croit parce qu’elle a besoin de s’en convaincre, elle a besoin de cet instant. Un peu moins seule, tu l’es bien. Confiante, tu l’es aussi car tu sais qu’entre Roman et toi, ça ne se finira pas en jeu de conquête, de romance, de compétition, de rancœur ; entre le Suprême et toi, c’est de la bienveillance mutuelle, de l’attachement sincère, pas besoin de trop se casser la tête. L’un comme l’autre, vous connaissez vos fêlures et l’optique de vous amocher encore un peu ne vous endommagera pas plus que vous l’êtes déjà. Et il y a quelque chose de rassurant à ça. Les yeux rouverts et à demi levés vers celui qui te menace avec ironie, Sofia sourit. « Mourir, c’est pas dans mes plans, désolée. » D’un gentil coup de coude elle ajoute : « Et puis parle pas trop vite, faut bien voir qui de nous deux finira le plus cassé. » Sifflement à l’attention d’Hector qui stoppe net son jeu avec Vulkan et vient trottiner à ses côtés. Direction le ring.    

A peine arrivée, Sofia sait qu’elle ne passe pas inaperçue. Du moins, ce n’est pas elle, vraiment, qui attire l’attention. D’un salut collectif suivi d’un silence étouffé, les sportifs s’écartent, se dispersent et laissent le Suprême passer. Parfois, Sofia oublie un peu que celui à ses côtés représente le pilier de l’Automne. Sur les épaules de Roman tient l’équilibre entier de tout un groupe de sorciers ; sur ses épaules à elle, ne tenait pas grand-chose, mais c’était déjà bien assez.
Habituée des lieux, Sofia se dirige d’instinct vers un casier de taille moyenne où sont stockés une maigre réserve de bandages et d’équipements. Autour d’elle, les sorciers continuent à s’essouffler en rythme ; antichambre du Cave, ici frappent les combattants du feu.  Sofia attrape une corde à sauter et entame un échauffement que lui ordonne simultanément son Suprême. Elle lui brandit l’objet de sa demande sous le nez. « Déjà prévus, chef. D’ailleurs pas d’échauffement pour vous ? » Et partent les cent tours, finalement réduits à quatre-vingt par excitation du combat. L’adrénaline gratte déjà un peu le creux des phalanges, et son cœur cogne dur contre sa poitrine. Mains bandées pour ensuite se couvrir de gants, Sofia demande si un protège-dents neuf traîne dans le coin ; un stock est arrivé ce matin, pile poil pour les étourdis ou les personnes qui rejoignent un entraînement de dernière minute. Glisser entre les cordes, faire face à Roman, se demander si c’était finalement une bonne idée de s’entraîner avec l’un des combattants les plus féroces de l’arène. Oh que oui. Elle sautille, commence à réellement trépigner comme la gamine qu’elle est, comme la petite qu’elle fut, celle du muret qui rêvait de rejoindre les autres guerriers. « On y va ? » demande-t-elle à son adversaire. Rapidement, on protège les dents et le crochet droit suit ; début d’une danse au cours de laquelle sang et poings communiquent en sifflant. Elle adore ça.
(c) DΛNDELION

_________________
embers, etcle feu, cruel météore de l'aube
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Hot Blood (Roman & Sofia)      #☾.      posté le
Contenu sponsorisé
you got two black eyes

Revenir en haut Aller en bas
 
Hot Blood (Roman & Sofia)
Page 1 sur 1
two black eyes
Revenir en haut 

. ✵ * · . . TWO BLACK EYES ☽ :: 
new york
 :: 
Zone 4
+
 Sujets similaires
-
» armée blood axe en construction
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail
» True blood.


Sauter vers: