Shock of the new era ☾ Bash

whatever happens, we are deathless
Aller en bas 
 
MessageSujetShock of the new era ☾ Bash      #☾.      posté le Dim 3 Fév - 20:40
you got two black eyes
Iseult Sparks
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/t383-blood-lust-tonight-iseul http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image :
pseudo : purple haze (lou)
credits : beylinragekween ♥ (av), astra (sign), celska (img)
Faceclaim : rebecca fox
Multifaces : the high lady of the day, phenicia toegar.
Inscription : 08/12/2018
Messages : 1379
true color : slategrey
timelapse : Boo ! Petite surprise de l’automne, il y’a vingt-cinq ans de cela, elle est née un 31 octobre au soir. Jour symbolique marquant une nuit sombre où le voile délimitant le monde des vivants et celui des morts se soulève pour laisser passer les âmes perdues et désespérées à l’idée de renaître.
heart rate : Célibataire. Prise au piège par cet homme aux milles et une illusions sans trop savoir pourquoi. Elle est venue, elle a vue mais elle n’a toujours pas vaincu ce regard qui séquestre son palpitant et ne quitte pas ses pensées.
purpose : Tout n'est que mascarade lorsque l'on fait fasse à Iseult. Sa couverture est celle d'une tatoueuse professionnelle détenant sa boutique de tatouage. De nombreux clients viennent et se bousculent pour passer sous la vibration de sa machine. Ils ne voient pas la supercherie, elle les observe mais ils ne le savent pas. Elle est ainsi Iseult. Il faut quelques minutes avant de remarquer sa présence. Quelques minutes et puis toute une vie pour oublier son regard pétrifiant. Iseult est cette ombre qui serpente sur les murs et disparaît dans la nuit, elle est cette ombre à qui on n’ose pas demander la route à prendre. Elle n’a pas de foi, elle n'a pas de pitié, elle obéit seulement aux ordres qui régissent sa Court. Elle exécute la volonté de son Suprême, elle ne pose pas de questions, elle concède. Elle traque les sorciers et leurs secrets, elle les piste. Non pas comme un chien, mais comme un loup. Avec la férocité en elle, il n'y a nulle part où se cacher.
magic scale : Pour atteindre le statut d’ombre, elle a dû faire de nombreux sacrifices. Cela a été un entraînement titanesque, une formation quasi militaire pour acquérir le potentiel optimal au niveau 3, attendu pour une espionne. Une performance difficilement gagnée et qu’elle entretient régulièrement afin de ne pas perdre la main dans la pratique de sa magie.
powerplay : Faucheuse des ombres, elle est capable de canaliser la noirceur de la nuit afin de dévorer la clarté solaire, vil destructeur qui règne le jour. Les ombres grouillent en elle, l'enveloppant d’un manteau ombrageux et la protègent pour mieux se fondre dans l’obscurité. Ses ténèbres cachent ce qu’elle ne désire pas que l’on trouve, protègent ce qu’elle désire protéger au périple de sa vie. Ils volent et s’envolent en avalant tout sur leur passage, apportant crainte et désespoir.
gemstone : Elle est loin de suivre aveuglément son coven, elle sait être un acolyte fidèle mais jamais au point de bafouer son libre arbitre. Elle reste loyale avant tout envers elle-même, puis envers ses amis proches qui se comptent à peine sur une main.
action cards : 2
object cards : 1
Black Dimes : 2988
NIGHT COURT
NIGHT COURT

Shock of the new era

You left me falling and landing inside my grave. It's to the point where I love and I hate you. I have these lucid dreams where I can't move a thing. Thinking of you in my bed

La morsure de la bise hivernale fait tiquer la Faucheuse d’Ombre. Emmitouflée dans son manteau, elle crache son venin courroucé. Pestilence impatiente, ses dextres exsangues la brûlent dans une paralysie invalidante pour celle qui grille son joint de purple haze. L’ingérence de ce vent froid aux températures descendantes ne la dissuade pourtant pas à garder sa main droite au chaud comme sa jumelle, la gauche. Bien trop accro, son appétence est bien trop forte pour abandonner cette défonce, décadence à laquelle elle aime s’adonner. Du haut de l’observatoire, allongée sur le toit extérieur, perchoir culminant qui s’élève au plus haut de la voûte céleste et surplombe la noirceur qui se dégage du quartier de la Night Court. Dans un soupir d’aise, elle éjecte sa fumée qu’elle contemple dans sa danse aérienne, acrobatie carbonisée de la destruction. Le visage à huit clos, ses prunelles caramel se distillent dans les ténèbres nocturnes parsemées de petites étoiles qui scintillent telles des étincelles éphémères. Quintessence occupation du soir, Iseult perd la notion du temps. Depuis quand se fait-elle lacérer par le mistral du soir ? Depuis quand s’est-elle échouée ici ? Elle est parfois dépassée par l’ère du temps la tatouée, depuis quand son chemin lui échappe-t-il ainsi ? Elle emmerde ce putain de destin, c’est insupportable. L’évanescence de son inconscience tire son téléphone de sa poche, fait courir ses ongles sur l’écran tactile. Délivrance d’un message concis à l’égard du clébard des Nabashima, elle attend patiemment qu’il ramène ses miches jusqu’à elle. Elle ne cherche pas à s’assurer de sa disponibilité, peu importe la minette qu’il baise ce soir, il doit venir. Pour elle. Il lui doit bien ça après ce qu’il lui a fait. Et merde. Bash, c’est un nom est porteur de mauvais augure. Bash, son nom est la lame du couteau qui effleure son palpitant arythmique, le transperce lentement avant de le ressortir rapidement et replanter sa pointe pour y enfoncer la lame encore et encore et encore et encore. C’est un massacre incessant, incandescent. Il l’achève. Et elle a mal, elle a mal de lui. Un véritable carnage d’émotions, sa rage grise.

Donc c’est ça la peine de cœur, donc c’est ça ? Cette douleur qui loge dans sa poitrine, qu’elle ne parvient pas à chasser. La fin se trouve là où tout a commencé. Là où tout s’effondre, quand ils courent, détalent et courent encore. Parce que la fin se trouve là où tout a été oublié. Pourquoi l’a-t-il laissé tomber et atterrir dans sa tombe ? Pourquoi l’a-t-elle laissé partir ? Elle n’était pas assez forte, elle n’était qu’une raclure ratée qui se proclamait caïd du haut de ses trois pommes. Petite teigne de rien du tout, tant de choses qu’elle n’a pas pu lui dire, tant de temps gaspillés en vain. Loin de lui, de ses bras, de son réconfort, de son lit, de sa protection fraternelle. Squatteuse nocturne qui s’épingle, comblant le petit trou béant –sa place légitime– de son myocarde duquel l’hémorragie ne s’est cautérisée qu’à leurs retrouvailles. Son étreinte, son odeur, son toucher. Toutes ces petites choses sont peut-être ce qui lui a manqué le plus, parsemé d’un ébouriffement de tignasse, pique vénéneuse. Petit con des bas-fonds. Tu m’as tant manqué. Mais ça, elle ne lui dira jamais.


_________________
❝ let me tempt you with the evils❞ of the flesh and so much more. but today you'll be the master or the slave it's up to you. oh my beautiful disaster ! take me anyway you choose. close the door, turn the key. do you like what you see? kill the lights, oh come to me !
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Shock of the new era ☾ Bash      #☾.      posté le Lun 11 Fév - 6:01
you got two black eyes
Bash K. Kurosawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/t1764-roi-poussiere-bkk
pseudo : **pelaï
Faceclaim : sen mitsuji
Multifaces : noooot yet
Inscription : 29/01/2019
Messages : 10
true color : #9999cc
timelapse : vingt-neuf éclats d'années
heart rate : damned
purpose : soldat des nabashima
magic scale : niveau 2
powerplay : roi des cauchemars
Black Dimes : 175
NIGHT COURT
NIGHT COURT



lie with me and just forget the world

Le jour c'est pas fait pour vivre. Ce qu'il reste du soleil pour vous défoncer les pupilles jovialement et vous cramer la peau même quand on se gèle les couilles. Tu le préférais comme ça, ton soleil, étouffé derrière les mains rageuses d'une toile noire dans les tréfonds de ton antre. Ou était-ce la tienne ? Tu n'en savais trop rien quand le téléphone te faisais sa plus belle crise d'épilepsie, ton cœur aussi, joignait la danse macabre, se débattant, petit survivant, pour foutre le camp hors de ta poitrine. C'est au tour de son nom et ses mots inquisiteurs de t'éclater les yeux sur l'écran trop blanc alors que t'es encore coincé entre deux mondes. Elle ne réclame pas sa place, comme elle l'as souvent trop fait, se pointant et défonçant tout pour se frayer son chemin jusqu'à toi. Elle te réclame, toi, à elle. N'importe qui se serait fait envoyer chier chez la royauté mais pas elle. Elle est pas n'importe qui. Sûre, t'es pas du genre petite chienne obéissante et tu grognes, serres la dents, jappe un peu et happe ce corps mort à tes cotés qui se plaint tout autant. Pas même un regard quand tu fous un autre coup, cet fois du pied pour pousser le cadavre hors de ton lit.

« Dégage. »

Et le zombie s'exécute en quelques insultes sur tes abus tandis que tu te donnes toi-même les claques pour tenter de revenir dans cette réalité, parce que t'as laissé un bout de toi, ailleurs, entre les cuisses de Morphée. Une douche, rapide, glacée, n'y change rien. Ni même les quelques cigarettes que tu t'enfiles sur ta route jusqu'à la déesse, gamine devenue petite femme, que t'as promis d'adorer depuis qu'elle s'est rencognée contre toi dans un choc des titans comme seul vous en connaissiez. C'est une escalade, ton ascension jusqu'à son ciel. Parce que t'es encore décédé de tous ses excès de ce qu'avait pu être la nuit passé. Même s'il faut pas, même si t'essaie d'être bien, d'être mieux. Y'a toujours une salope pour te foutre en l'air, pour te donner les meilleures envie de te détruire avec brio.

Elle est là, elle baigne quelque part sur le bord du vide quand tu abandonnes une énième cigarette au sol. Dire que t'avais arrêté pendant presque un mois avant ta dérape. Ton souffle est trop court de toute la fumée qui se fait smog dans tes poumons, quand tu t'approches lentement en la détaillant. Ce corps de femme auquel tu ne t'habitues pas encore, toujours un peu déroutant, quand elle est assommée à tes côtés, que son débardeur en a eu marre de la vie, tourné n'importe comment, laissant pointer l'un de ses seins vers le ciel. Ça goûte l'inceste, toi qui n'as jamais eu de famille, en plus. Et pourtant, tu ne fuis plus. Tu rampes jusqu'à elle. Te glisses contre elle sans lui demander son avis. Te frayant ton propre chemin sous son bras, tes lèvres qui vont mordiller la ligne de son menton en signe de baiser avant que tu ne t'échoues sur ses cuisses, la tête vers elle, mais les yeux déjà fermés. Et si ta main joint la sienne, ce n'est que pour la glisser dans tes cheveux et réclamé ses caresses que t'es trop maladroit pour demander. Parce qu'ils on eut raison, ses cons, que t'es retombé et que t'es pas fier. Surtout que t'as entraîné personne dans ta chute et ça semble pire. T'as juste besoin qu'on prenne soin de toi, un petit peu, qu'on ne te laisses pas tomber.

« Yo. » Que tu lui murmures, comme si c'était suffisant pour demander tout ça. Quémander toute l'attention et l'affection dont t'avais besoin pour ne pas crever, oublié dans un petit coin quand t'avais trop mal à ta vie.


_________________
~ devour you whole.
i would like to dig my teeth so deep in you. Beyond the cartography of your flesh, the tenderness of your organs, the crunchiness of your bones. Somewhere even deeper where i could suck out your soul and ~
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Shock of the new era ☾ Bash      #☾.      posté le Dim 17 Fév - 18:13
you got two black eyes
Iseult Sparks
Voir le profil de l'utilisateur
http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/t383-blood-lust-tonight-iseul http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test http://twoblackeyes.forumactif.com/h41-profil-test
image :
pseudo : purple haze (lou)
credits : beylinragekween ♥ (av), astra (sign), celska (img)
Faceclaim : rebecca fox
Multifaces : the high lady of the day, phenicia toegar.
Inscription : 08/12/2018
Messages : 1379
true color : slategrey
timelapse : Boo ! Petite surprise de l’automne, il y’a vingt-cinq ans de cela, elle est née un 31 octobre au soir. Jour symbolique marquant une nuit sombre où le voile délimitant le monde des vivants et celui des morts se soulève pour laisser passer les âmes perdues et désespérées à l’idée de renaître.
heart rate : Célibataire. Prise au piège par cet homme aux milles et une illusions sans trop savoir pourquoi. Elle est venue, elle a vue mais elle n’a toujours pas vaincu ce regard qui séquestre son palpitant et ne quitte pas ses pensées.
purpose : Tout n'est que mascarade lorsque l'on fait fasse à Iseult. Sa couverture est celle d'une tatoueuse professionnelle détenant sa boutique de tatouage. De nombreux clients viennent et se bousculent pour passer sous la vibration de sa machine. Ils ne voient pas la supercherie, elle les observe mais ils ne le savent pas. Elle est ainsi Iseult. Il faut quelques minutes avant de remarquer sa présence. Quelques minutes et puis toute une vie pour oublier son regard pétrifiant. Iseult est cette ombre qui serpente sur les murs et disparaît dans la nuit, elle est cette ombre à qui on n’ose pas demander la route à prendre. Elle n’a pas de foi, elle n'a pas de pitié, elle obéit seulement aux ordres qui régissent sa Court. Elle exécute la volonté de son Suprême, elle ne pose pas de questions, elle concède. Elle traque les sorciers et leurs secrets, elle les piste. Non pas comme un chien, mais comme un loup. Avec la férocité en elle, il n'y a nulle part où se cacher.
magic scale : Pour atteindre le statut d’ombre, elle a dû faire de nombreux sacrifices. Cela a été un entraînement titanesque, une formation quasi militaire pour acquérir le potentiel optimal au niveau 3, attendu pour une espionne. Une performance difficilement gagnée et qu’elle entretient régulièrement afin de ne pas perdre la main dans la pratique de sa magie.
powerplay : Faucheuse des ombres, elle est capable de canaliser la noirceur de la nuit afin de dévorer la clarté solaire, vil destructeur qui règne le jour. Les ombres grouillent en elle, l'enveloppant d’un manteau ombrageux et la protègent pour mieux se fondre dans l’obscurité. Ses ténèbres cachent ce qu’elle ne désire pas que l’on trouve, protègent ce qu’elle désire protéger au périple de sa vie. Ils volent et s’envolent en avalant tout sur leur passage, apportant crainte et désespoir.
gemstone : Elle est loin de suivre aveuglément son coven, elle sait être un acolyte fidèle mais jamais au point de bafouer son libre arbitre. Elle reste loyale avant tout envers elle-même, puis envers ses amis proches qui se comptent à peine sur une main.
action cards : 2
object cards : 1
Black Dimes : 2988
NIGHT COURT
NIGHT COURT

Shock of the new era

You left me falling and landing inside my grave. It's to the point where I love and I hate you. I have these lucid dreams where I can't move a thing. Thinking of you in my bed

Grelotante, elle se frictionne les mains après avoir envoyé un message à celui pour qui elle s’acharne encore, jour après jour. Ce garçon fracassé qui clopine de la pâte comme un clébard à la rue, qui retourne les innombrables pétasses de New-York, ne voit-il pas qu’elle a besoin de lui ? Qu’il est son ultime recours, et que si le poids se fait trop lourd, c’est son nom qu’elle appelle à son secours. Elle grogne la vénéneuse, rumine son venin qui salive sa bouche et retourne au fond de son œsophage dans un ravalement amer. Les minutes s’écoulent, et son stick descend à une vitesse fulgurante. Pompeuse de saloperies volatiles, elle s’enfume toujours plus les poumons, dans un geste répétitif à l’image d’un toc nerveux. Brûlure de toutes ses peines dans la poitrine, ses regrets, toutes les choses qu’elle n’a jamais pu lui dire. Et comme pour se rassurer qu’elle n’est pas victime d’hallucination auditives, elle répond en écho à cette voix qui la fait chavirer. « Yo ! » Il est cette silhouette qui se tortille toujours vers elle provoquant des vagues aussi captivantes que risquées. Il est cet être aimé responsable de nombreux cataclysmes qui explosent les récifs protecteur de son cœur, qui menace de sombrer définitivement. Elle a atteint ce point de non-retour, ce seuil de rupture où elle figure inéluctablement comme une fragilité sous l’étreinte de son ainé. Il dépose ses lèvres à la commissure de son visage et elle noie son regard sur cette vision échouée pour ne pas se laisser prendre au piège. Quintessence d’une nuit à ses côtés, partage d’un pan infernal, à trop se bousiller la santé dans la distillation d’une saleté qu’elle aspire en elle, année après année, jusqu’à ce que son sang devienne poison, jusqu’à ce que son corps se nécrose. Ironie d’un temps perdu, à ne pas l’avoir vu vieillir, à ne pas l’avoir habitué à sa croissance. Sale gosse qui a perdu une petite fille a retrouvé une jeune femme devant sa porte. Et lorsqu’il pose sa tête sur ses cuisses, elle se sent comme neige qui fond au soleil. Elle se sent si petite, qu’elle a le sentiment de redevenir cette adorable petite fille obnubilée par son grand frère de cœur. L’incompréhension la ronge ; elle rugit en elle telle une bête animée par la colère et les cris qu’elle étouffe en se mordant l’intérieur de ses joues. Et dans leur quête commune de réconfort, elle laisse sa main se faire prendre en otage dans la sienne, guidée dans le fouillis de ses cheveux qu'elle caresse doucement. Douceur sous les dextres, elle enfouit son visage dans ce bordel capillaire, respirant à plein nez cette odeur nostalgique qui la ramène à l'époque où elle s'accrochait à sa jambe telle une tique.

« T’en as mis du temps ! » Traduction : tu es enfin là, avec moi. Parce qu’elle le veut dans sa vie, parce qu’elle a besoin de lui dans sa vie. Elle quémande sa présence, exige sa venue. Encore et toujours, avec plus d’acharnement, sans prendre la peine d’y mettre un soupçon de délicatesse. Une rencontre tant désirée, un espoir retrouvé. Parole d’une petite brune avec un penchant pour la destruction, la gosse de l'enfer est de sortie. Parce qu’elle est cette sombre conne qui se délecte du jeu sans se soucier de l'avenir qui l’attend d'un pied ferme. Le parcours initiatique d’une paumée, bercée par la montée de l’adrénaline qui distille sa substance enivrante dans ses veines. Et dans sa prise de risque anticipée et recherchée, elle n’a pas à prendre en compte l’existence de parents inquiets, rongés par l'atrocité de la nouvelle génération dont le credo est de vivre l'instant présent et d'emmerder le monde.



_________________
❝ let me tempt you with the evils❞ of the flesh and so much more. but today you'll be the master or the slave it's up to you. oh my beautiful disaster ! take me anyway you choose. close the door, turn the key. do you like what you see? kill the lights, oh come to me !
Revenir en haut Aller en bas
 
MessageSujetRe: Shock of the new era ☾ Bash      #☾.      posté le
Contenu sponsorisé
you got two black eyes

Revenir en haut Aller en bas
 
Shock of the new era ☾ Bash
Page 1 sur 1
two black eyes
Revenir en haut 

. ✵ * · . . TWO BLACK EYES ☽ :: 
new york
 :: 
zone 2
 :: 
The Observatory
+
 Sujets similaires
-
» Chaos Nova, Double bash...
» Gro Mek avec Shock Attack Gun V4
» The Great American Bash - 28 juin 2009 (Résultats)
» [2000 pts] Dreud !!
» Avatar, ou Seigneur des Anneaux:shock:


Sauter vers: